246 Vues |  J'aime

Atelier NA : l’art du costume sur-mesure 4.0

L’art du costume sur-mesure est passé de mode  à cause du fast fashion et du prêt-à-porter. Dorénavant, prendre son temps ressemble à une perte de temps. Pourtant, il existe des maillons de résistance comme Atelier NA qui a pris le parti d’utiliser la technologie (le bodyscanning) afin de créer des costumes, chemises et manteaux sur mesure. Cette audace commence à trouver son public. Aujourd’hui, ils viennent d’ouvrir leur 26ième boutique dont dix-huit en France. J’en ai profité pour rencontrer Charles-Alexandre et parler avec lui de cette belle aventure.

Fabrice Jonas (FJ) : salut Charles-Alexandre, qui es-tu et que réalise Atelier NA ?

Charles-Alexandre Peretez (CAP) : je suis directeur marketing d’Atelier NA. J’ai rejoint l’équipe au tout début en 2010. Le projet était très simple : comment apporter une alternative au prêt-à-porter traditionnel sur le costume. Notre oeil de néophyte nous a permis de regarder tous les éléments qui composaient ce marché. On s’est rendu compte qu’il fallait absolument maitriser sa production. Il fallait pouvoir trouver une alternative à la prise de mesure par le tailleur. En effet, elle est excellente, mais trop longue en terme de temps (entre une et deux heures par client et elle monopolise un tailleur). Suite à cela, il fallait faire revenir le client et lui faire essayer une toile. Donc tous ces éléments du marché, au-delà de la complexité du sur-mesure, n’étaient pas clairs pour le consommateur. Et, à cela s’ajoutait le problème fondamental du prêt-à-porter. Concernant ce dernier point, nous avons découvert que personne ne rentre dans les gabarits de base. Moi qui viens du monde des statistiques, je trouvais très drôle de regarder les écarts-types entre chaque personne. Tout le monde a un bras plus long que l’autre…

FJ : … Même François Hollande

CAP : (rires)… Et, c’est ce sujet-là qui était intéressant : comment on fait pour se placer entre du prêt-à-porter (facile, mais qui ne correspond pas à tout le monde) et du sur-mesure (quasi-inaccessible et obscure).

Atelier NA

FJ : Ce que tu évoques me fais penser au diagnostic d’Airbnb à leur création. En effet, il pensait qu’il existait une voie du milieu entre la location d’appartements entre particuliers et l’hôtellerie.

CAP : C’est exactement cela sauf que, à la différence d’Airbnb, on fabrique. Donc, on s’est rajouté cette petite brique. Au départ, nous sommes allé voir des usines qui nous ont gentiment répondu qu’elles ne pouvaient pas fabriquer à la pièce pour des personnes. Financièrement pas intéressant, mais en plus, cela les dérange. Donc, dès le début, nous avons développé notre propre atelier de fabrication. Ensuite, il fallait récupérer les mesures. Pour les mesures cela était plutôt simple, car il existait une technologie utilisée par l’armée française pour mesurer les appelés et pouvoir faire de l’attribution de paquetage. À l’époque, il avait des tailleurs qui mesurait les appelés et permettait d’effectuer des prévisions de production et donc de dépenses. Il faut savoir qu’aujourd’hui, l’Institut Français du Textile et de l’Habillement (IFTH) se base sur 5 000 personnes pour faire son état de mesure. Chez Atelier NA, nous en sommes à 65 000 personnes scannées. Nous avons une des plus grosses bases de données privées. Ces mesures sont fondamentales pour construire le produit, mais ça ne suffit pas. En d’autres termes, ce n’est pas parce que j’ai ton corps que je vais pouvoir réaliser un produit qui te convient. Si on réalisait des fuseaux ou des vêtements sportifs cela correspondrait parfaitement. Mais là, ce n’est pas le cas, car nous travaillons de l’aisance, du confort. Et, la notion de confort est inhérente à chaque personne. C’est pourquoi, nous sommes obligés de travailler avec le client par des renseignements et par des essais produits. Après le body scanning, nous avons une équipe de modélistes qui va réaliser du sur-mesure, car ils vont créer un patron par personne. C’est pour cela que nous parlons de véritable sur-mesure et pas de demi-mesure !

Atelier NA

Charles-Alexandre

FJ : Dans votre base de données, as-tu remarqué des éléments particuliers ?

CAP : En effet, j’ai « brassé » nos chiffres en fonction du département. Et, j’ai voulu savoir si les gens étaient différents entre Lille, Marseille ou Paris. Nous avons des différences notables. Cela signifie que si nous avons des différences aussi importantes au sein d’un même état comment par exemple une marque asiatique peut-elle adresser un marché européen. Qu’est-ce que cela veut dire un marché européen ? Ainsi, pour le prêt-à-porter il est impossible de créer un vêtement qui va aussi bien à un Danois qu’à un Italien ou un Allemand. Je te précise que je ne suis pas là pour critiquer le prêt-à-porter qui détermine un style, créer des collections et s’adresse à une masse. Malheureusement, cela ne correspond pas à ce que veulent nos clients. C’est-à-dire créer leur dressing comme ils en ont envie en sur-mesure.

FJ : Aujourd’hui, Atelier NA ouvre sa 26ième boutique, comment expliques-tu une si forte croissance ?

En 2011, nous avons ouvert notre première boutique et nous allons bientôt fêter nos 7 ans. L’innovation a toujours été au coeur de notre réflexion. La cabine de mesure est un outil. Si en 7 ans, nous n’avons pas eu de concurrent cela signifie que ce n’est pas une boîte magique. Nous avons breveté le fait de créer des patrons suite à des prises de mesures numériques. Et c’est cela qui a permis de proposer une offre complètement disruptive sur le marché. En boutique, nous avons retrouvé la même expérience. Depuis le premier jour, nous avons la même base de données entre le site internet et le retail. Depuis ce tout premier jour, chaque client a un identifiant chez nous. À cette époque, ce qu’on appelait l’omnicanal restait une belle utopie. Par contre, aujourd’hui, tout le monde va vous dire : c’est tout à fait normal. (vous êtes curieux sur les liens entre le digital et le retail, je vous invite à lire notre article la question).

Atelier NA

Cabine de body-scanning

FJ : Je me souviens qu’à l’époque la FNAC boutique et internet, n’avait pas les mêmes prix pour un même produit. Et, les vendeurs magasins étaient en concurrence avec le site.

Venant du web, si nous voulions centraliser, nous avions des problématiques très lourdes. Il fallait que chaque client ait un identifiant. Toutes ces années, nous n’avons pas cessé d’améliorer notre produit de gestion. Sur notre tablette, en boutique, le vendeur a accès en temps réel à l’état des stocks, production, livraison. Demain, si nous voulons vendre un costume n’importe où, nous le pouvons faire. Il suffit d’avoir une connexion internet.

 

Cette conversation continuera lors de l’évènement CCM benchmark du 7 décembre : Fashion & Digital. Pour s’inscrire c’est par ici.

En outre, j’ai récupéré un code promo juste pour vous JDNFashionModelab 

Au plaisir d’y voir 😀

Fabrice Jonas
Créateur du Magazine Modelab, je passe mon temps à rechercher de nouvelles tendances et à les partager. Dandy et flâneur à temps plein comme une philosophie de vivre.