168 Vues |  J'aime

European Fashion Summit : comment créer une mode européenne

Le 14 et 15 novembre dernier, j’ai eu la chance d’être le témoin plus qu’actif des journées de l’European Fashion Summit, au musée d’art contemporain le MAD à Bruxelles.

Ce lieu superbement rénové a permis d’accueillir pendant deux jours une centaine d’acteurs qui ont échangé sur le futur de la mode et la manière dont elle devait se structurer.

Placé sous le patronage de la Commission européenne, de nombreuses fédérations de Mode avaient fait le déplacement comme l’Allemagne, la Macédoine, la Hongrie ou encore le Portugal. La France pour sa part s’était abstenue mais nous en reparlerons.

L‘objectif de ce séminaire, formule grande échelle, était de mettre en marche une coordination européenne des acteurs qui font la Mode.

Mais de quoi avons-nous réellement parlé ?

Un manifeste pour une mode différente

Pour mettre en mouvement un groupement, il convient de trouver tout d’abord de trouver  un nom  fédérateur et nous sommes tombés facilement d’accord sur l’European Fashion Federation (EFF) qui sera officiellement lancée en septembre 2018 lors de la Fashion Week parisienne.

Des sous-groupes de travail se sont constitués, sur les thématiques suivantes :

  • Éducation,
  • Développement durable et mode responsable,
  • Fashion Tech,
  • Base de données européenne,
  • Promotion et Lobbying,
  • Communication.

Bien évidemment des appels à participation pour ces groupes ont été lancés.

European Fashion Summit

Un workshop sur l’éducation

Et la France dans tout cela

La Fédération français de prêt-à-porter féminin (FFPAP),  avait participé en 2016 à ce rassemblement, mais a préféré s’abstenir cette année, trouvant que les choses n’avait pas forcément avancées depuis.

Pour qu’une telle initiative soit efficace, un leader de filière (ou de thématique) devrait être clairement nommé ou identifié. Peut-être que cela n’a pas été fait pour ne pas froisser certaines susceptibilités.

Je ne suis pas là, pour donner des bons ou mauvais points, simplement, à mon sens il conviendrait peut-être qu’en France nous ayons une voix commune afin de pouvoir peser. La politique de la chaise vide n’a jamais mené à un jeu d’influence positif.

Paradoxalement, le dernier Forum de la Mode au Ministère de l’économie a donné un souffle nouveau sur une filière mode plus apaisée et allant dans la même direction en terme de synergie, notamment sur l’aspect de l’éducation.

Ainsi, l’EFF pourrait-être un bel outil de promotion pour redonner sens à la mode française et peser au niveau européen.

Ce qui reste à développer en Europe

Durant ces deux jours de séminaire, je me suis également attaché à m’interroger sur les acteurs absents. Curieusement, il manquait les nouveaux acteurs de la mode comme les startupeurs, innovateurs, technologues ou penseurs de la Mode.

En effet, pour imaginer une mode différente, il s’agit de ne pas forcément s’appuyer uniquement sur les structures traditionnelles comme les fédérations ou les écoles qui représentent, une certaine idée de la mode. Il faut également de s’ouvrir à des acteurs agiles qui représentent une manière moins académique de réaliser la mode (école d’ingénieurs ou centres techniques industriels).

Pour créer un nouveau modèle, n’essayons pas de répéter un archétype qui va reproduire les clivages nationaux.

En outre, le terme innovation revient de manière périodique pour souligner un nouvel ordre des choses. En voulant créer une super fédération (avec une offre de valeur qui reste encore à déterminer), je crains que nous reproduisions un modèle encore plus hiérarchisé.

Cette verticalisation risque de créer une rigidité excessive où de nombreux acteurs ne se reconnaîtront pas. La critique récurrente d’une Europe bureaucratique loin du peuple devrait nous servir de garde-fou.

Que faire alors ?

European Fashion Summit

Olivier Theyskens avec Lydia Kamitsis

L’European Fashion Federation en mode Startup

Aujourd’hui, la Fashion Tech vient d’acteurs situés en bas de l’échelle et pour eux l’horizontalité s’avère être une force. En effet, ils travaillent par projets sur des temps fragmentés, sans structure chapeau.

Durant nos échanges pendant ces deux jours, de manière récurrente il est apparu le fait qu’il fallait créer une base données européenne sur la Mode. Ainsi, au lieu de parler de database, il conviendrait plutôt de favoriser le développement d’une plate-forme ouverte : une espèce de Wikipédia de la Mode qui partirait de la base (des acteurs de la mode et non-mode : les technologues), en format open-source, signifiant un accès pour tous.

Ce modèle permettrait de mettre tout le monde au même niveau. Et, je ne parle de nivellement par le bas mais plutôt d’expression collective mise en synergie.

Bref, une réelle co-création et collaboration.

Dans ce sens l’EFF se placerait dans un rôle de facilitateur et d’accélérateur.

Fabrice Jonas
Créateur du Magazine Modelab, je passe mon temps à rechercher de nouvelles tendances et à les partager. Dandy et flâneur à temps plein comme une philosophie de vivre.