578 Vues |  J'aime

Labeledby : Fusion du textile et de fermetures imprimées en 3D

Nous revoila aux Pays-Bas,  où deux jeunes ingénieures révolutionnent la confection de vêtements. A force de découvrir des pépites néerlandaises, on se dit qu’il y a quelque chose dans l’air là-bas (où dans la pluie peut-être) qui doit inspirer les designers. Après quelques échanges de mails, Fabienne van de Weiden et Jessica Joosse, fondatrices de Labeledby, nous présentent leurs visions du système de la mode.

labeledby

Modelab : Bonjour Fabienne & Jessica, comment votre duo est-il né ?

Fabienne & Jessica : Nous nous sommes rencontrés à la Faculty of Industrial Design d’Eindhoven, et notre vision de la mode et de la tech’ nous a rapidement rapproché ! Peu de gens sont au courant, mais cette université propose une formation dédiée à la mode et aux smart textiles, avec des intervenants spécialisés. C’était l’environnement idéal pour nous. Pendant 4 ans nous avons partagé nos idées, tout en travaillant individuellement sur la plupart des projets, et développant des compétences différentes, correspondant à nos aspirations personnelles.

Après notre diplôme, nous avons décidé de mettre en commun nos forces, et créé LABELEDBY.

labeledby

M : Quels sont vos projets en ce moment ?

F & J : Nous élaborons différentes méthodes de production de vêtements, en utilisant les outils que nous a apporté la 4e révolution industrielle, comme les imprimantes 3D et la découpeuse laser. Nous collaborons avec différents fashion designers, pour tester nos innovations, qui bousculent les habitudes de confection de l’habillement. 

https://www.instagram.com/p/BcwlmTWj-Sb/?taken-by=labeledby

Par exemple, nous assemblons les pièces de tissu sans avoir besoin de les coudre, en imprimant des jointures ou fermetures éclairs directement sur le textile. Certains de nos designs sont le résultat d’instructions données au logiciel Processing, basées sur les mathématiques. Les paramètres de ces instructions peuvent être modifiés pour créer des patronages différents en un clin d’œil. Il devient alors facile de produire de multiples variations à partir du design original.
Les nouvelles idées qui apparaissent ainsi sont utilisées pour LABELEDBY.

https://www.instagram.com/p/BbonzhRjwfh/?taken-by=labeledby

LABELEDBY. Propose ses services aux stylistes et marques de mode. Avec nos clients, nous créons une collection basée sur des vêtements personnalisés, en utilisant nos techniques de confection novatrices. Ces techniques, basées sur un processus numérique en partie automatisé, permettent d’adapter simplement le design de chaque vêtement, sans coût ni délai supplémentaires. Ceci peut permettre de réaliser des vêtements qui correspondent à l’identité et la vision propre à chaque client. À travers nos services et notre expertise, nous offrons une alternative à l’industrie de la mode, une option pour produire des vêtements autrement.

labeledby

M : Qu’est-ce que cela représente pour vous, de créer des vêtements ?

F & J : Nous croyons que la création de mode permet d’explorer et de créer, en quelque sorte, le futur, en anticipant sur la société actuelle et sa culture. Nous faisons des vêtements à la marge des structures installées, notre approche propose une perspective inhabituelle. Ainsi, nous voulons participer au développement d’une culture, où la société dans son ensemble participe à la discussion sur le futur de l’industrie de la mode.

M : Quelle est votre perception de l’innovation de mode ?

F & J : Beaucoup de marques cherchent à réduire encore et toujours les coûts liés à la fabrication des produits, délocalisant leurs productions où la main d’œuvres est très peu chère, comme le Bangladesh, et ce alors que ce coût lié à la main d’œuvre n’est déjà qu’une infime partie du prix de revient. Mais nous avons le sentiment que les problématiques liées au développement durable et l’éthique commencent à peser de plus en plus dans le secteur de la mode.

Les avantages d’une supply chain intégrant des techniques de production numériques, comme nos services, sont que les produits peuvent être localement produits et distribués. Cela permet de réduire à la fois l’empreinte carbone, le temps de livraison, et les coûts de transports, si l’on compare au fonctionnement “traditionnel” de la supply chain.

La combinaison de patrons personnalisés et des techniques de fabrication numériques permet de changer le design rapidement et sans frais. Cela permet aux designers et aux marques d’avoir la possibilité de s’adapter efficacement et de personnaliser leurs produits selon les besoins de leurs clients, qui évoluent rapidement.

Karin Vlug Labeledby

Collaboration avec Karin Vlug

M : Dans notre dernier numéro, nous n’avons pas résisté à l’idée de faire un dossier spécial Pays-Bas. Selon vous, qui connaissez bien la région, qu’est-ce qui est spécifique à la scène “FashionTech” locale ?

F & J : Eindhoven est un environnement particulier en terme de Fashiontech. Avec le campus spécialisé High Tech, l’université où nous avons étudié et le quartier Strijp-S, Eindhoven est un peu le “cœur technologique” des Pays-Bas.
Par contre, il nous manque des écoles de mode. Pour compenser peut-être, la petite scène “FashionTech” d’Eindhoven encourage vraiment le partage entre les différents acteurs, à mutualiser les connaissances, multiplier les échanges entre les gens issus de la mode, et ceux de la tech’. Nous sommes souvent surprises par le fait que de plus en plus d’entreprises du milieu de la tech(comme Philips) soutiennent la scène mode, par le biais de collaborations inattendues souvent très intéressantes.

M : À part Eindhoven, quel endroit recommandez-vous aux Pays-Bas ?

F & J : Rotterdam ! Franchement, cette ville est sous-évaluée. Les collections de ses musées d’art et de design sont remarquables (et souvent liées à la mode !), l’IFFR est un très bon festival de cinéma, et l’architecture de la ville en elle-même vaut le coup d’œil. 

labeledby

M : Et en France, qu’est-ce qui vous intéresse ?

F & J :  En fait, nous voulions vraiment venir à Paris pour la FashionTech Week, mais nous étions trop occupées avec l’expo de la Dutch Design Week cette année… Nous sommes d’autant plus impatientes de venir l’an prochain, cette fois, c’est sûr qu’on ne laissera pas passer l’occasion !


M : D’autres projets à venir à l’international ?

F & J : En février, nous allons présenter certaines de nos pièces au Bangladesh Fashionology Summit. Cet événement professionnel s’intéresse aux évolutions du secteur textile et mode, et aux outils technologiques, aux pratiques innovantes et aux nouveaux savoirs.
En parallèle, nous travaillons sur notre candidature pour le WearSustain. Notre ambition est de continuer à améliorer Labeledby avec leur soutien, et celui de notre précieux réseau de mentors et d’hubs. 

M : Comment envisagez-vous l’évolution du secteur à moyen terme ?

F & J :Nous croyons fort au fait que les clients recherchent aujourd’hui des expériences de consommation différentes, uniques et éco-responsables, ce qui pousse un nouveau paradigme sur le devant de la scène. Celui-ci requiert de nouvelles technologies pour que le consommateur puisse participer au design des produits, de nouvelles méthodes de productions plus flexibles, efficace, capables de produire localement et à la demande… et bien sûr un solide réseau de designers avec des compétences et expertises variées, œuvrant avec ces nouvelles technologies dans une communauté valorisant l’open-source.

Merci beaucoup Jessica & Fabienne !
Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site et Instagram.

Coline Vernay
✌ sur les réseaux sociaux :