2558 Vues |  2

Les objets connectés : grande valeur ajoutée pour les entreprises.

Entrepreneurs, industriels,

Vous entendez parler des objets connectés (IOT) un peu partout mais avez-vous déjà pensé que cela puisse être utile pour votre entreprise ?

C’est vrai ; on entend beaucoup parler des objets connectés dans le sport, pour la santé où ils sont déjà démocratisés. Aujourd’hui, les médecins peuvent utiliser leur voix pour partager les données d’un patient pour plus d’efficacité via une smartwatch par exemple. Mais il existe une multitude d’objets aux fonctions différentes.

D’ici 5 ans, 50 milliards d’objets connectés (+ de 15% par rapport au marché actuel) sont prévus.
Avec ces chiffres en tête, nous pouvons facilement estimer vous et moi que les entreprises seront touchées et séduites par l’utilisation des IOT.

Que ce soit au niveau de la création, de la production, du service client ou encore de l’organisation même de l’entreprise, l’objet connecté sera utilisé à tous les niveaux de la chaîne de valeur.

Le fait que Google est retiré en Janvier les Google Glass du marché BtoC pour un repositionnement BtoB appuie mon résonnement.

Les wearables vont transformer les entreprises en multipliant leurs scénarios de travail et le fait de pouvoir accéder aux données en temps réel ce qui aura pour conséquence de booster la productivité d’une entreprise vers de nouveaux sommets.

Concrètement dans quels domaines les objets connectés peuvent être utiles ?

  • Au niveau organisationnel

Accenture Technology Labs a dévoilé une étude sur les wearables et démontre que les IOT augmentent la productivité des employés en ayant un accès aux informations en temps réel, créent une collaboration libre et plus transparente ce qui permet même aux utilisateurs les moins expérimentés de s’adapter aux valeurs des entreprises.

Aujourd’hui, grâce aux technologies, les entreprises sont plus libres. Elles peuvent travailler à distance avec différentes parties prenantes en optimisant le temps et leur efficacité. Les applications, le cloud computing sont devenus des outils indispensables pour l’organisation interne.

L’heureux hasard à fait que j’ai pu découvrir lors du forum 5I à Grenoble, le jeudi 28 mai 2015, la technologie abeeway permettant de rendre n’importe quel objet connecté.  Imaginez toutes les possibilités pour votre entreprise ?  Besoin d’un exemple ? Je le comprends !produit-abeeway

Vous êtes une entité qui loue des bennes à ordures pour les entreprises, avez-vous le contrôle de la localisation de vos bennes ?  Qui les utilisent ? Ont-elles besoin d’être vidées ?

Cette technologie permet de gérer n’importe quel objet à distance et à moindre coût.

.

.

  • Au niveau du service client

Les magasins Phygital sont en plein essor pour offrir aux clients de nouvelles expériences. Les vendeurs sont de plus en plus équipés de tablettes pour contrôler le merchandising et la gestion des stocks.

Des trackers commencent à être intégrés en boutique pour pouvoir suivre le consommateur et lui proposer des produits adaptés.

La technologie NFC qui permet le paiement sans contact ou la diffusion d’informations d’un portable à un PC est de plus en plus utilisée.

Ou encore « Le QR code pour comprendre les usages d’un appareil grâce à l’ouverture d’une page Internet, une notice ou une vidéo. »

Le but étant de faciliter le cheminement du produit jusqu’au client en adaptant son service pour se différencier, l’un des facteurs clés de succès dans un monde hyper compétitif.

à relire -La révolution du Phygital est en marche !

  • Dans le domaine dans la logistique

L’objectif pour ce secteur d’activité est de livrer plus rapidement et que le client puisse suivre sa commande. Des IOT peuvent permettre aux livreurs d’avoir des renseignements sur les conditions de route, optimiser les temps de livraisons et un tracking en temps réel.

En effet, des technologies telle que Primo1D permettent d’intégrer un fil conducteur dans le textile pour avoir une estimation en temps réel des stocks. Ou plus récemment, l’institut de recherche sierrois Icare et l’organisation mondiale des douanes ont créé une application pour les lunettes connectées pour lutter contre la contrefaçon grâce à un code-barres. Ce dernier permet d’avoir une traçabilité du produit  jusqu’à la livraison.Infographie-Objet-connecté

  •  Mais qu’en pensent les employés ?

Si certains salariés restent sceptiques ou ont du mal à se faire au changement, la plupart des salariés sont curieux et enthousiastes vis-à-vis des IOT en entreprise.

D’après une enquête menée par PwC, 77% des répondants pensent que c’est un bénéfice d’utiliser les conseils d’un accessoire connecté pour booster leur efficacité et leur productivité au travail.
Par exemple, le fait de pouvoir suivre une procédure tout en ayant les mains libres facilitent l’accomplissement d’une tâche.

  • Au niveau de la sécurité  ?

Évidemment les objets connectés soulèvent énormément de questions. Où vont vos données ? Comment protéger vos idées ? Maddyness explique dans un de ses articles que « 80% des objets connectés présentant des failles de sécurité, soit 4 milliards d’appareils », ce qui laisse à penser que les créateurs de ces objets se lancent trop rapidement pour une histoire de « Time to market ». C’est-à-dire que les entreprises se lancent trop tôt sur le marché dans le but d’être leader ou d’en tirer un avantage concurrentiel alors que leur produit n’est pas vraiment prêt.

Pendant le forum 5i, Vincent Roca de Privatix signalait qu’à partir de 4 points de géolocalisation on peut localiser à 95% une personne.  On comprend que les entreprises peuvent être effrayés par la possibilité d’être hacker,  d’avoir tout un flux de données à stocker et les problèmes liés aux mises à jour de l’infrastructure.
Ce domaine de sécurisation des données représentent donc une opportunité pour de nouvelles entreprises.

.

.

.

.

Une technologie infaillible peut-être LA valeur ajoutée de l’entreprise ? Qu’en pensez-vous ?

Laura Martinet
Passionnée de Mode et d’Innovation depuis toujours. Aujourd’hui je vous dénicherai les dernières nouveautés de la Fashiontech.

Sources :