2131 Vues |  J'aime

Olympe Jaffré : artisanat numérique et innovation poétique

Olympe Jaffré a créé sa marque OLYMPE75018 en 2011. Elle construit des collections de Prêt-à-Porter créateur Femme Haut de Gamme. A mi-chemin entre Mode et Art, les collections d’OLYMPE75018 inscrivent le vêtement dans des univers référencés et en font une matière à  réfléchir.

Inspirée par une approche protéiforme de la mode, OLYMPE75018 collabore avec DJ’s, VJ’s, plasticiens, chorégraphes, vidéastes, sérigraphes, photographes pour réaliser des projets inédits mêlant innovation, nouvelles technologies, matières nobles et valeurs humaines.

Entretien avec la créatrice qui a réussi le pari de l’artisanat numérique et de l’innovation poétique.

Portrait d'Olympe Jaffré

  • Comment la mode est apparue dans votre vie ?

Portrait Olympe JaffreJe me destinais à un métier de Chargée de Projets dans la Culture après mon DESS en Direction de Projets Culturels. Je me suis d’abord intéressée sur l’alliance possible de l’art et des nouvelles technologies dans le domaine de la danse (auteure de Danse & nouvelles technologies : enjeux d’une rencontre, Editions l’Harmattan, Paris, 2007). La mode a toujours été présente dans ma vie par héritage familial. Je pratiquais beaucoup à titre personnel. Au retour de New York, après une mission à l’ONU en 2009, j’entreprends de me former en Stylisme/Modélisme, en suivant des cours du soir mis en pratique auprès d’un tailleur parisien. Je décide de m’investir pleinement dans la réalisation de mon projet de  griffe de Mode.

En 2010, en off de la Fashion Week parisienne, je monte mon premier défilé, un « Street défilé » pour présenter ma première collection au public. Puis tout s’est enchainé, j’ai construit mon projet de création d’entreprise, en intégrant la couveuse du GEAI (dispositif d’appui à la création d’entreprise, ndlr), puis j’ai été lauréate de la Résidence des Ateliers de Paris et sélectionnée au Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, Mode (débutant) en 2012.

Je créée des collections de prêt-à-porter féminin en petite série, fabriquées en France, vendues en ligne sur mon E-shop et lors de ventes de créateurs. J’ai choisi d’utiliser le Bazin, un coton enduit noble, comme matière signature pour faire connaître ce tissu méconnu. C’est un tissu voyageur, un pur joyau du patrimoine textile mondial, d’abord tissé en Europe et teinté de façon traditionnelle en Afrique. Je le mixe avec des matières nobles (cachemire, soie). Il est évocateur de mon parcours : j’ai vécu 7 ans à Abidjan.

  • Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Je suis avant tout animée par la quête de sens. Chaque collection correspond à un univers total dans lequel on retrouve tous les arts. Mon deuxième défilé, « Low Tech Melancholia » en mars 2012, était un défilé chorégraphié dans un décor d’appartement rétro-futuriste.

Je puise également mon inspiration dans la matière urbaine, l’observation des territoires, et l’analyse des évolutions de l’époque liées aux nouvelles technologies. Actuellement, je développe un travail autour de pièces uniques mode, que j’ai intitulé « artisanat numérique » basé sur la matérialisation d’une nouvelle technologie par le fil.

  • En plus de vos collections, vous travaillez sur des pièces uniques qui relient la mode et les nouvelles technologies, pouvez-vous nous décrire le procédé du QRCode ci-dessous ?

Cape QR code

J’ai démarré en 2011, avec un prototype de broderie QR Code, sous la forme d’une « Robe  intelligente », exposée au CETI (Centre européen des textiles innovants) – Lille 3000. La démarche vise à matérialiser le langage numérique en utilisant des techniques d’artisanat textile. J’ai depuis développé différentes déclinaisons : canevas, boutons, perles de nacre et sequins.

Le lien du QR code renvoie à l’œuvre d’un artiste. Le vêtement devient alors une galerie d’art qui est mobile, l’œuvre est à la fois visible et invisible. Par exemple, si vous flashez le vêtement ci-contre, vous accéder à une œuvre de l’artiste digital (Systaime) un gif animé d’une déconstruction de vidéo de défilé, spécialement conçu pour cette pièce. Chaque vêtement est unique, chaque lien est unique.

Gif animé

Captures d’écran du gif animé (Systaime©)

L’idée de ce projet est de donner du contenu au contenant et d’utiliser les nouvelles technologies dans une finalité purement artistique. Le lien encapsulé développe une émotion chez celui qui flashe le code. J’aime ce côté « innovation poétique ».

J’utilise volontairement la palette de couleurs primaires (RGB) par cohérence esthétique et pour conserver la quête de sens qui m’anime en permanence.

Pull QR CodeCette collection de pièces uniques, intitulée « Artisanat numérique » prend la forme d’un Work in Progress qui s’augmente de nouvelles pièces régulièrement. Le dernier prototype en boutons (120 heures /main) a été présenté à l’occasion des Fashion Tech Days à Roubaix, en mars dernier. Je me considère de temps en temps plus comme une chercheuse dans un laboratoire. C’est à ça aussi que servent les designers de mode et l’artisanat. C’est important de faire avancer la création en testant, en innovant et en expérimentant de nouvelles techniques.

 

  • Pourquoi avoir choisi ce nom OLYMPE75018 ?

    Olympe75018

Profondément inspirée par la matière urbaine j’ai fait de mon code postal, une signature. Le 18ème arrondissement m’inspire au quotidien : du Sacré cœur à Château-Rouge en passant par la Chapelle, il représente, à mon sens, la richesse du spectre des territoires et des cultures qui façonne l’identité des grandes capitales.

Je place au cœur de ma démarche la valorisation de l’économie locale, et je participe au développement d’une filière textile haut de gamme dans le 18ème. Je m’attache à collaborer avec des artisans, brodeurs, fournisseurs et autres acteurs de la chaîne textile de ce quartier, afin de mettre en lumière et pérenniser ces savoir-faire traditionnels, héritiers d’une couture parisienne de haute qualité.

Un grand merci Olympe Jaffré !

Alexandra Legai
J’accompagne les créateurs pour leur permettre de se consacrer le plus sereinement possible à leur cœur de métier qu’est la recherche d’inspiration et la création. J’aime le « behind the scene » de la mode et suis fascinée par la technologie au service du textile.

Sources :