2202 Vues |  1

Pixglass, le miroir photographique connecté

D’après une étude réalisée par le magazine belge Gondola, « 46% des consommateurs connectés souhaitent avoir des miroirs connectés pour des essais sur point de vente et recevoir des offres personnalisées ».  Grâce à Pixglass, le miroir photographique connecté c’est aujourd’hui possible.

Concept Pixglass

Comment est né Pixglass ?

Pixglass est une histoire franco-belge qui est née il y a un peu plus d’un an. C’est la rencontre d’un entrepreneur Belge, Frédéric Dubois, actif dans le domaine des nouvelles technologies depuis plus de 15 ans et d’un ancien ingénieur de chez Dassault System, Stéphane Gosset qui a développé et breveté le concept de Pixglass : un boitier avec une caméra qui se place derrière un miroir sans tain et qui permet via une tablette (iPad ou Android) de pouvoir prendre des photos ou des vidéos. A partir du moment où l’on peut se prendre en photo on offre la possibilité aux utilisateurs de pouvoir partager ces photos directement sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook, Twitter, Instagram. Aujourd’hui il existe plein d’écrans interactifs, mais nous nous voulons être au plus proche de la réalité et c’est pour cela que nous avons choisi un miroir qui est un objet familier.

A la base, nous sommes 3 entrepreneurs avec tous les trois des expériences passées dans l’entrepreneuriat dans différents secteurs high-tech. C’est un domaine que nous connaissons bien et nous offrons la possibilité d’utiliser ces technologies (QR code, RFID, NFC…) que l’on peut dériver facilement dans un miroir. Notre structure est implantée en Belgique où nous pouvons tester les concepts et démarrer des projets pilotes avec différents profils de clients. Notre développeur produit est resté en France et s’occupe des améliorations techniques tandis que notre service commercial teste, valide, produit et commercialise le produit au niveau mondial. Nos marchés de prédilections sont la France, la Belgique, l’Italie et les USA puisque ce sont là les principaux marchés qui nous intéressent. On constate énormément de réactivité de la part du marché et une demande claire.

Quels secteurs d’activités sont concernés ?

Notre offre est orientée vers plusieurs applications et plusieurs segments.

Nous avons 3 produits différents : un miroir essentiellement pour de l’évènementiel, un miroir orienté secteur cosmétique/mode et un miroir orienté Retail en général pour des animations produits dans la grande distribution. Nous proposons 3 formats standards mais qui peuvent ensuite être totalement personnalisés : la taille est variable, l’habillage peut être fait sur-mesure (miroirs suspendus, make-up bar…).

Concernant la partie mode/optique, on constate qu’il y a une base installée de miroirs dans les magasins et notre objectif est de les remplacer progressivement par des miroirs connectés.

  • Pour le secteur de la mode, Pixglass est un outil d’aide à l’achat pour les clients qui se trouvent dans le magasin. Le miroir est un support externe aux cabines d’essayage car nous ne voulons pas être intrusifs. Le client essaye différents articles (vêtements, accessoires) et va pouvoir se prendre en photo près des cabines. Ensuite, il pourra partager en direct ses essayages avec ses amis, sa famille et puis valider son choix à travers les réseaux sociaux.Make-up Bar
  • Le secteur de l’optique et de la vente de chaussures sont aussi intéressés par notre concept. Nous travaillons sur des projets pilotes avec plusieurs grandes chaînes qui verront le jour en fin d’année.
  • Le secteur des cosmétiques est également concerné. C’est un secteur très enclin à l’utilisation de miroirs et qui cherche des innovations qui concordent avec la digitalisation des points de vente. Nous travaillons par exemple sur un projet pilote de face make-up, c’est-à-dire qu’une cliente va pouvoir se photographier avant et après une séance de maquillage pour la partager sur les réseaux sociaux. Il y a également un mode vidéo qui là va permettre de filmer la séance où une esthéticienne assiste la cliente et cette dernière pourra s’envoyer par email ou partager sur les réseaux sociaux ce tutoring.

.

Quelles fonctionnalités sont disponibles ?

Interface PixglassUne fois les miroirs installés, nous proposons à nos clients d’utiliser une plateforme SAS (Sofware As a Service), une interface web sur laquelle le client peut lui-même configurer les applications qu’il souhaite mettre en place. C’est un produit simple, à la fois hardware et software tout à fait en ligne avec l’ère du phygital.

Pour les magasins qui souhaitent mieux connaître leurs clients, le miroir permet premièrement d’identifier les clients, de récolter leurs coordonnées et donc de développer son programme de fidélisation puis deuxièmement de calculer le taux de fréquentation, la localisation du client dans le magasin et d’analyser pourquoi le client n’achète pas le produit. Par exemple, pour certains produits c’est la taille qui n’est pas adaptée donc avec le miroir le client va pouvoir le signaler et le magasin pourra réorganiser son merchandising.

Il y a également un extranet disponible pour pouvoir consulter et monitorer les miroirs à distance. Ainsi, il y a des statistiques claires sur la fréquentation et le taux d’utilisation des miroirs.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Nos perspectives sont à la fois en terme de produit et en terme d’internationalisation. Il est évident que nous sommes sur un marché international. Nous développons petit à petit de nouvelles versions, qui soient plus ergonomiques, qui permettent plus d’interactivité avec le miroir. Par exemple, nous avons un magasin dont les clients possèdent une carte de fidélité avec un capteur NFC (puce sans contact intégrée dans la carte) et donc le fait de flagger vers le miroir permet une reconnaissance automatique du porteur de carte. Ce sont des technologies qui facilitent la vie et la rapidité dans les magasins. Par la suite, nous pourrions proposer des miroirs parlants ou des vitrines photographiques connectées.

Dans un second temps, nous aimerions arriver à développer une offre pour les particuliers. Par exemple pour le Face Make-Up, il est clair que les clientes qui ont enregistré en vidéo une séance de maquillage seront contentes d’avoir dans leur salle de bain un miroir qui diffuse la vidéo. Il est clair qu’il y a un marché à développer mais cependant c’est une volonté de notre part d’éviter le côté intrusif.

Quelles précautions sont prises d’un point de vue sécurité ?

Nous sommes très attentifs à la CNIL et à la condition de la vie privée. Déjà, notre application est sécurisée : les photos ne peuvent pas être déclenchées n’importe où ni n’importe comment seulement via un réseau Wifi et par le client lui même. Notre volonté est de protéger la vie privée. Nous ne conservons aucune photo sur nos serveurs : elles sont automatiquement supprimées.

Quel est votre avis sur la FashionTech ?

La FashionTech m’évoque surtout la digitalisation des points de vente. C’est le challenge du moment. Dans le secteur de la mode, le parcours d’achat est différent : il y a la prévente qui se passe sur Internet, les magasins permettent de tester et de valider les choix effectués avec des vendeurs qui sont avant tout là pour conseiller puis le service après-vente aux conseils beaucoup plus personnalisés. La question essentielle que beaucoup de marketers se posent dans le secteur c’est : quelles technologies choisir ? Comment différencier les inventions gadgets de celles qui sont viables sur le long terme ? Il faut donc identifier les technologies qui perdureront demain dans les points de vente et qui permettront d’aider à l’achat. Beaucoup de marketers doivent faire appel à des prestataires externes et à des spécialistes de la technologie pour pouvoir les aider à monter de tels projets. Ces derniers sont relativement complexes puisqu’ils demandent de combiner à la fois du physique, du digital et de l’humain.

Avec Pixglass, nous avons réussi à créer un concept unique qui permet une interactivité entre, un consommateur, une marque, un produit, un point de vente et le tout en temps réel avec un partage sur les réseaux sociaux.

Estelle
Un brin de curiosité, un œil de lynx pour repérer les dernières tendances de la FashionTech et un clavier pour plume : voilà ma recette pour écrire avec le sourire.

Sources :