921 Vues |  J'aime

Rencontre des indépendants de la Mode

La 2e rencontre des indépendants de la Mode s’est déroulée à la cité des congrès de Lyon, le lundi 14 mars 2016. Organisée par la Fédération Nationale de l’Habillement, elle invitait les gérants de boutiques de mode indépendantes à se réunir, pour faire le point sur l’actualité du secteur, et anticiper les mutations à venir. Retour sur les moments marquants de la journée.

photo : Annick Jehanne

photo : Annick Jehanne

« Que nous arrive-t-il ? », entrée en matière détonnante

La première conférence, intitulée « Que nous arrive-t-il ? », a commencé par un état des lieux de la situation économique. Marc Halévy, physicien de la complexité, incarne son propos en mêlant humour, anecdotes et analyse historique, enchantant l’assemblée.

Le modèle économique actuel découle de la révolution industrielle, qui a d’ailleurs rencontré beaucoup d’opposition en Europe, de la part de travailleurs refusant l’industrialisation (notamment les canuts à Lyon, mais aussi en Angleterre…). Aux USA, alors sans passé économique, ce modèle s’est installé plus rapidement, et le pays devient moteur du développement. Dans ce modèle, il faut être GROS, vendre beaucoup, baisser toujours plus les prix de revient… ces objectifs dessinent l’histoire du 20e siècle.

A partir des années 90, la seule possibilité restante pour baisser ces prix de revient est de lésiner sur la qualité. Les gens commencent alors à se révolter : «Je ne suis pas assez riche pour acheter du bon marché !» disait le grand-père adoptif de Marc Halévy, agriculteur de métier, et ce n’était pas le seul… Le prix d’achat n’est qu’une partie du coût total ! Aujourd’hui, nous rentrons dans une économie basée sur la valeur d’usage, l’utilisabilité.

rupture

Avec la rupture écologique que nous connaissons, la pénurie des ressources naturelles, nous sommes dans une période que Mr Halévy qualifie de « frugalité joyeuse », où l’important est désormais de faire moins mais mieux. Plus besoin d’être gros, mais d’être virtuoses !

« Le difficile est différenciant »

Pour restaurer ses marges, il faut augmenter son niveau de virtuosité, injecter des ressources immatérielles (à la différence de l’ancien modèle qui se concentrait sur le matériel et agissait sur les coûts fixes, ce qui n’est plus possible dans le nouveau modèle, comme l’effet d’échelle n’existe pas sur les ressources immatérielles).

La pyramide hiérarchique, le modèle organisationnel le plus lent et le plus lourd, n’est plus adéquat dans un monde où on demande l’agilité… c’est une rupture organique, où les entreprises repensent leur fonctionnement en réseaux, avec des modèles d’organisation réticulés.

Si dans les 20 ans à venir, 40% des tâches qui sont aujourd’hui assumées par des humains sont automatisées, des bouleversements se profilent.

Marc Halévy conférence

Les médias expriment la vision de la courbe rouge, l’ancien modèle qui s’écroule, alors que si on regarde la courbe verte, c’est une vision positive !

« un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse »,

Marc Halévy nous invite à changer notre point de vue, et prêter plus d’attention à la forêt.

Dernière rupture relevée dans cette conférence, une rupture philosophique entre deux visions du monde, celle de l’ancienne génération qui cherchait à « réussir dans la vie » et celle de la nouvelle génération qui souhaite « réussir sa vie ».

Comment travailler en réseaux avec évolution des mentalités vers le « moi » ?

Pour donner envie aux jeunes, il s’agit de redonner du sens, de la valeur à ce qu’on vit, répondre à la question « quel est le but de l’entreprise ? » et ce ne peut pas être de « faire du profit » (même si c’est essentiel, le profit est le carburant de l’entreprise).

Le propos de Marc Halévy peut toucher tous les entrepreneurs, pas seulement ceux du secteur de la mode. Prospectiviste analysant le passage de l’économie industrielle à l’économie de l’immatériel, il écrit notamment sur www.noetique.eu, et vous pouvez retrouvez des vidéos de certaines de ces interventions sur Youtube, comme par exemple celle-ci sur l’innovation.

« Prendre en main son futur en affirmant sa différence »

Table ronde avec Bernard Morvan (commerçant, Président de la FNH et Président de la Commission Paritaire Nationale), Frédéric Willems (avocat), Philippe Drhouin (commerçant, président du groupement d’achat Territoire d’Homme), Christian Auque (Agent, dirigeant de la société Vista), Annick Jehanne (consultante, fondatrice de Hubmode).

La Fédération Nationale de l’Habillement prône le lien social et le lien client, ce qui est une importante valeur ajoutée pour le commerce indépendant ! Les différents intervenants de cette table ronde se sont présentés, et ont donné des pistes de réflexion à l’auditoire atour de cette problématique essentielle pour les commerçants et entrepreneurs « comment se différencier »?
Mr Willems, avocat, a montré l’importance  de connaître la législation et de se tenir informé de ses évolutions, pour identifier des leviers commerciaux et des opportunités pour les indépendants.

Mr Drhouin, évoquant Territoire d’hommes, a spécifié les intérêts pour un commerçant indépendant dans le secteur de l’habillement de faire partie d’un groupement d’achat, cela permet de :

  • travailler moins et plus intelligemment,
  • libérer les commerçants de certaines contraintes (comme l’amplitude horaire, les démarches liées à la communication…)
  • faciliter les tâches en les rendants collectives
  • donner l’accès à des fournisseurs en regroupant des petites commandes

Mr Auque a exposé son expérience avec la boutique lyonnaise Casual, notamment sur la mise en place d’un « private label ». Ceci lui permet d’éviter des problèmes liés aux grandes marques (qui cherchent à diminuer les marges, et peuvent faire de la concurrence déloyale en ouvrant une boutique après avoir eu un test clientèle.. ). Cet exercice demande de la virtuosité mais donne des résultats intéressants notamment en terme de marges (Casual peut conserver sur les articles « private label » une marge de 2,65 après soldes).

Fédération nationale habillementNous avons retrouvé avec plaisir Annick Jehanne, fondatrice d’Hubmode, cette entreprise communautaire qui crée des formations innovantes, avec comme conviction que la mode peut et doit être synonyme de : innovation, social, durable.

« Les gens s’ennuient, se sentent isolés, ils ont besoin de points de rencontres virtuels et réels, qui s’enrichissent mutuellement. Je suis optimiste pour le petit commerçant, sympathique et convivial » Annick Jehanne

L’accès au commerce n’est plus le magasin aujourd’hui, il est dans nos poches avec nos téléphones, et bientôt chez nous ou n’importe où avec la Réalité Virtuelle. Une boutique peut par exemple être un lieu où on apprend des choses ! Aujourd’hui on doit tous apprendre pour s’adapter, et les formations sont en effet un moyen essentiel de continuer à se questionner, et évoluer pour se différencier. Le client aime qu’on lui raconte une histoire, Hubmode donne et partage beaucoup des informations gratuitement, l’idée est de développer un éco-système en réseau, des relations amicales…

Pour Annick Jehanne, les grands groupes sont à un tournant important et les indépendants peuvent profiter du temps nécessaire à leur marge de manœuvre pour basculer dans « la mode du bien« . Ce tournant éco-durable est incontournable et la demande de la part des clients est bien là, même s’il n’y a pas encore beaucoup d’offres. 

« Comme le chef d’un restaurant, le gérant d’une boutique doit changer sa carte régulièrement, former son équipe, penser à sa décoration… et surtout faire comme il a envie, créer sa communauté, valoriser ce qu’il a de « pas comme les autres » « 

« Digitalisation des points de vente : quelle stratégie aujourd’hui ? »

photo : Twitter @CarlaRaffi

photo : Twitter @CarlaRaffi

Table ronde avec Jean-Sebastien Veilleux (commerçant, président de FNH Rhône-Alpes), Thierry Fléchet (fondateur de la place de marché Modz), Julien Bourgeois (Dynamic View), Agnès Mazières (Directrice générale de Référence DMD, spécialiste du marketing digital).

Pour tous les commerçants, la question du phygital se pose aujourd’hui.

« Aujourd’hui, plus de 70% des achats sont précédés par une recherche en ligne » Agnès Mazières

La Canadienne, qui ouvre boutique à Lyon en 1949 et se lance dans le e-commerce dès 2003, offre un témoignage intéressant. L’expérience de la vente en ligne fonctionne bien pour l’entreprise, mais Jean-Sebastien Veilleux attire l’attention sur le fait que cette activité représente actuellement 8 personnes en CDI, que c’est un investissement et demande de la patience. Il conseille d’y aller progressivement, analysant la réussite de son entreprise comme allant de paire avec le fait qu’ils arrivent tôt sur le marché, et qu’ils sont sur un commerce de niche. Il ajoute de plus qu’il est également important de surprendre le client en boutique. Pour cela, il a par exemple mis en place en cabine d’essayage un dispositif composé d’un écran numérique et d’une caméra, qui permet aux client(e)s de voir le tombé des vêtements, élément très important pour les pièces longues, spécialités de l’entreprise.
Jean-Sébastien Veilleux travaille également avec les autres intervenants de la table ronde. Modz, site web spécialisé dans le déstockage de boutiques de prêt-à-porter multimarques, est plus efficace que la petite rubrique « destock » accessible sur l’e-boutique de la Canadienne, du fait de sa spécialisation. Agnès Mazière présente la spécificité de DMD, qui est d’accompagner les PME et ETI dans leur transformation digitale, en proposant des prestataires intégrés en temps partagé. L’entreprise Dynamic View, s’est, quant à elle, positionné sur le secteur de la digitalisation des points de vente, et développe aussi bien des produits que des services adaptés aux commerces et à leur clientèle connectée.

« Les solutions proposées par la FNH pour soutenir les commerçants indépendants de la branche habillement textile »

photo : twitter @carlaraffi

photo : twitter @carlaraffi

Table ronde avec Philippe Dié (président d’Equatis et exploitant de la plateforme FNH Expert), Lucia Lombardo (BPI France), Tarek Ghandour (Président de Retif), Monique Gaiffe (FNH/CNDL)

Pour clôturer cette matinée, la Fédération Nationale de l’Habillement présente ses services et ceux de ses partenaires, pour inspirer les commerçants indépendants. Par exemple, des formations sont proposées tout au long de l’année, les lundi, afin d’être adaptées aux commerçants.
Pour en savoir plus, consultez leur site www.federation-habillement.fr.

Coline Vernay
Rédactrice en chef de Modelab, en veille sur l’innovation dans la mode !
J’écris aussi sur l’actualité culturelle et les évolutions de la communication.

✌ retrouvez-moi sur les réseaux sociaux:

Sources :

  • Marc Halévy: Coline Vernay
  • Fédération nationale habillement: Coline Vernay