1492 Vues |  J'aime

Salon TRAFFIC 2015

Le 4 et 5 Novembre se tenait le Salon TRAFFIC organisé par la Fédération Française de Prêt-à-porter féminin, avec le soutien du DEFI. Acteur majeur du développement des marques de mode, TRAFFIC a pour objectif de mettre en relation ces marques avec des acteurs répondant à leurs problématiques.

Résumé des conférences en quelques mots

Modelab résume pour vous les points-clés à retenir des différentes conférences auquel nous avons pu assister. Chaque intervention ayant été très riche nous vous invitons à vous rapprocher des intervenants pour en connaître davantage. 

  • Les mutations du commerce

Aujourd’hui, les consommateurs achètent sur Internet et en magasin de façon indifférencié : il donc important de travailler les points de contacts avec les clients.
La facilité d’achat est un élément primordiale : elle passe par la formation des vendeurs, la disponibilité des produits, la livraison à domicile…
Les lieux d’achats se doivent d’être conviviaux et multifonctionnels en se diversifiant avec des points de restaurations, de loisirs et de culture.

  • Mode et objets connectés : quelles implications ?

Les consommateurs sont à la recherche de produits rupturistes et c’est pour cela que l’alliance mode et technologie va perdurer. Cela va donc passer par plus de prêt-à-porter intégrant des technologies intelligentes, sous différentes formes (dans les fibres, dans les fonctionnalités, dans les accessoires…) et donc plus de produits de mode connectés. Mais également dans les boutiques, la logistique, en outre sur l’ensemble de l’écosystème mode et textile.

L’adoption par le grand public passera nécessairement par la valeur d’usage et l’expérience utilisateur : à quel besoin, quelle fonction cet objet répond ? Est-ce que j’en ai besoin ?

Par ailleurs, les marques et les enseignes de mode devront s’assurer que les données collectées sur les clients utilisateurs via ces objets connectés seront uniquement « utilisées » à bon escient et anonymement.

Enfin, il faudra s’assurer que tous ces produits de mode connectés ne soient pas trop énergivores car il y a un risque.

  •  « Portrait-robot d’un brand lover »

Aujourd’hui, les clients sont de plus en plus exigeants et plus volatiles. Face à une offre élargie, ils sont moins fidèles aux marques et plus sensibles aux promotions.

L’enjeu n’est plus de les fidéliser mais de les  faire venir pour qu’ils achètent. Pour cela, ils doivent vivre une expérience d’achat unique : les marques doivent suivre l’actualité, multiplier les évènements, attirer des égéries…

D’après l’étude réalisée par Kantar Worldpanel, 5 à 6 millions de Français sont considérés comme des brand lovers. Le portrait-type d’un brand lover : un homme entre 15 à 25 ans au budget serré.  Dans 9 cas sur 10, il achètera les marques qu’il aime, en particulier les marques de sport comme Nike ou Adidas.  Il s’attend à être récompensé pour sa fidélité et aimerait une relation plus personnalisée avec les marques.

  • Sport et mode : complicité et opportunités ?

Le sport représente aujourd’hui un ensemble de valeurs positives pour lequel les clients veulent des vêtements confortables et formels.
Toutes les marques se doivent d’intégrer dans leurs collections  une gamme sportwear. L’introduction de ces vêtements doit s’inscrire dans l’identité de la marque et faire partie de son histoire (en la rattachant à un évènement, un athlète, des valeurs…).
Les marques de luxe ont su s’approprier le sujet et voient en ce créneau  une véritable opportunité pour attirer de nouveaux clients.

  • Comment affirmer son territoire de marque ?

On remarque que même si la mode est accessible par tous et l’offre abondante la demande est toujours présente. Pour que les marques, particulièrement les nouvelles parviennent à se démarquer, il faut qu’elles apportent un style identitaire et de la qualité.
La communication est à présent un jalon indispensable dans la stratégie : il faut créer des liens uniques avec les clients et les engager au cœur de l’histoire de marque.

  • Le pouvoir de l’image ou la photo à l’ère des réseaux sociaux

Avec l’émergence des réseaux sociaux, la qualité des photos n’a jamais été aussi scrutée.  On note que plus un site marchand comporte de photos et plus il génère de ventes. Pendant cette conférence, les 7 règles d’or d’une bonne image ont été partagées :

  1. Émotion : l’image doit refléter une émotion et surtout être en accord avec l’identité de la marque.
  2. Originalité
  3. Contextualisation : le produit doit toujours être mis en avant dans son contexte d’utilisation. Généralement, les photos où les vêtements sont portés (plutôt que d’être sur fond neutre) génèrent plus de ventes.
  4. Information : l’image est un moyen de montrer les détails du produit.
  5. Web-to-store : les images postées sur le site internet ou les réseaux sociaux doivent avoir pour finalité d’amener le client en magasin.
  6. Référencement : les images aident à améliorer le référencement du site, quand elles ont aussi référencées !
  7.  Droits pertinents : la notion de droit est très importante !

Le bilan pour Modelab

Présent parmi les 80 exposants, Modelab était dans l’espace Innovation au côté de 4 autres entreprises grenobloises :  Beebuzziness, Primo1D, iskn & Inventhys.

Nous avons été heureux de pouvoir montrer notre savoir-faire technologique et de rencontrer les nombreux acteurs présents et qui contribuent à faire vivre l’industrie de la mode.

L’aventure continue ici…

Estelle
Un brin de curiosité, un œil de lynx pour repérer les dernières tendances de la FashionTech et un clavier pour plume : voilà ma recette pour écrire avec le sourire.

Sources :

  • Salon TRAFFIC: Estelle