Pour se lancer dans la création d’une marque de mode il faut souvent de l’audace et beaucoup d’inconscience. On prête souvent ces deux caractères à la jeunesse. Cela tombe bien, le créateur de la marque Afterhomework est pour le moins précoce en la matière. Pierre Kaczmarek crée sa marque en 2014. Encore lycéen, ses parents lui imposent de faire ses devoirs avant de se consacrer pleinement à la création de ses pièces : le nom Afterhomework est tout trouvé. Elena Motola  le rejoint en 2016 et met au service de cet ovni ses talents de styliste.

 

Afterhomework

 

Afterhomework est une marque indépendante dont toutes les collections sont conçues et produites à Paris. Il ne s’agit pas d’une simple posture. Afterhomework est le résultat d’un amour sincère pour la ville lumière. Mais sûrement pas un amour porté vers ses clichés les plus communs.

« Paris est vraiment l’une de nos principales inspirations. le chic parisien est vraiment quelque chose qui nous fascine. Nous adorons jouer avec, le décomposer pièce par pièce » explique Pierre, avant d’ajouter, « Paris est un melting pot et c’est comme ça que nous l’aimons et que nous nous en inspirons. Plein de looks, beaucoup d’attitudes, c’est un réservoir d’idées inépuisable. »

Leur dernière campagne est à cette image. Shootée en pleine rue à Château Rouge (quartier foisonnant, populaire et cosmopolite pour ceux qui ne vivraient pas à Paris) cette campagne reflète parfaitement leur conception du vêtement et de la mode : c’est avant tout quelque chose qui se vit, qui se porte, qui ne reste pas figé dans un idéal mais se frotte au réel et à la quotidienneté. Les images fourmillent de détails, d’instants de vie. Ces clichés incitent l’interrogation et invite à l’interprétation au-delà du seul vêtement. Le fait de créer, de faire « de la mode » est ainsi lié à un contexte social plus large.

Pierre explique simplement ce rapport intrinsèque à la ville, à la rue : « Notre inspiration, c’est la vie de tous les jours, la rue où nous puisons des éléments que nous détournons. L’idée est vraiment de détourner, de déconstruire pour arriver à quelque chose d’étrange mais cohérent, un peu futuriste et novateur. » Ici, on sort de l’entre-soi idéalisé, on se frotte au réel. Malgré l’incongruité du contraste entre des tenues hors norme et la banalité de la vie autour. Mais cela n’a aucune d’importance. L’essentiel est ailleurs. Sûrement dans cette posture irrévérencieuse qui tourne le dos aux vieux modèles.

Afterhomework

Pierre Kaczmarek s’occupe de la direction création créative en lançant des idées fortes tandis qu’Elena en tant que directrice de collection et styliste met en forme ses idées et donne corps au projet. Duo complémentaire au studio comme dans la vie, ces deux outsiders redéfinissent les codes d’une maison, bousculent les conventions qui voudraient que seule l’élite des écoles de mode internationales ait le droit de citer sur les podiums. Sans formation à proprement parler (même si depuis, Elena Motola fréquente l’Atelier Chardon Savard) ce sont deux autodidactes qui imposent leur vision à la force du poignet et avec beaucoup de détermination.

Ces deux électrons libres ont choisi de ne se plier à aucune règle et surtout de ne pas attendre que la raison vienne éteindre leur impulsion créative. On se lance, on verra comment plus tard. Seulement, là où de nombreux autres échouent, souvent par manque de rigueur ou de réelle vision, Afterhomework continue tranquillement son ascension. Après deux collections inscrites au calendrier de la Couture et présentées lors de la Fashion Week, ils concourent actuellement à l’ANDAM (résultats le 29 juin prochain).

 

Afterhomework

 

Chez Afterhomework il n’y a pas de construction autour d’un thème, d’une histoire, d’une idée précise. Cette marque est un véritable « work in progress ». « On fait un beau bordel organisé, en suivant nos instincts », explique Elena dans l’une de leurs interviews. Ainsi se construit et s’invente un vestiaire composé de pièces unisexes où des carrés en laine assemblés forment un gilet, un stock de chemises devient la base d’une série de robes amples, des macarons anti-vols sont utilisés comme éléments décoratifs. Dans un joyeux mix de nylon, de matière K-way, de polaire, articulé par un modélisme détournant et dé-construisant des vêtements classiques émerge un style improbable, fait de créativité pure et de sérendipité.

Afterhomework

Les mauvaises langues dirons que cela tient plutôt de la collection de fin d’année ou qu’il s’agit d’un buzz opportuniste d’enfants de la balle qui bénéficient d’un réseau certainement confortable. Pourtant les faits sont là et les partenariat aussi. Converse et ADD en Italie se sont déjà intéressés au duo. De prestigieux médias (tels que Vogue, Dazed, Metal Magazine, Novembre Magazine…) ont convoqué leurs pièces pour des éditos . Pourtant leur sensibilité et leur passion crève les yeux dans chacune de leurs interviews, dans chacune de leur collection. Nouvelles coqueluches d’un monde de la mode blasé et friand de sang frais? Ou leçon donnée aux sceptiques et aux rabas-joie? Que l’on aime ou l’on déteste, Afterhomework ne pose qu’une seule question essentielle : qu’est-ce qui préside à la création de mode ? Pierre et Elena affirme sans demi-teinte : la spontanéité et l’amour de ce que l’on fait.

 

Crédits photo : Boris Camaca

Suivez Afterhomework sur Instagram ici

Découvrez leurs portfolios et leurs points de vente

 

Afterhomework