Wylde, la marque éco-responsable qui combine le « no gender » et la volonté de soutenir un système plus vertueux et novateur.

Bonjour Clarissa et Marylène, pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Clarissa Acario, je suis d’origine brésilienne. Mais je vis en France depuis déjà une dizaine d’années. Je suis la créatrice de Wylde.

Pour ma part, je suis Marylène Magnaud, l’associée de Clarissa depuis 2016. Je m’occupe du développement commercial de la marque ainsi que de la communication.

Wylde
Capsule No Genre / Crédit : Nafissa Harvoire

Justement, qu’est-ce que c’est exactement, Wylde ?

C.A. : Wylde c’est une marque de prêt-à-porter éco-conçue et fabriquée en France. Nous l’avons crée pour transmettre nos valeurs et nos engagements. Mais c’est aussi une marque qui cherche à créer des liens et faire tomber des barrières.

M.M. : Cela semblait une véritable évidence pour nous. Bien loin du positionnement purement marketing. La mode est un secteur extrêmement polluant, désastreux aussi bien pour l’environnement que pour l’humain. Nous avons voulu démontrer qu’il était possible de faire autrement. C’est pourquoi nous travaillons à l’échelle de la France, en circuit court. L’idée est de prouver que l’on peut créer du vêtement sans les travers que nous lui connaissons. Comme l’a dit Clarissa, on créé du lien parce que nous prenons soin de la planète.  Mais également parce que ce vêtement peut se transmettre de l’homme à la femme sans trop de distinction.

C.A. : Pour moi, le vêtement permet également d’exprimer sa personnalité. Au-delà du style, c’est aussi dans ce sens là que notre marque créé du lien.

À Noël vous avez présenté votre collection  sous une forme un peu particulière à l’Hôtel Pigalle, pouvez-vous nous en parler ?

C.A. : Nous avons fait un évènement un peu expérimental. On avait envie de quelque chose de plus artistique, avec un véritable décor, des tableaux…  C’était une sorte de parcours sensoriel mettant en avant la démarche engagée de Wylde. Nous souhaitions renoncer aux sempiternelles présentations de type showroom sur cintres et portants. Dans ce cadre atypique, nous avons utilisé à la place les meubles de l’hôtel Pigalle pour présenter nos vêtements et des bustes en plâtre pour les montrer portés.

M.M. : Nous avons essayé de décloisonner au maximum le rapport du consommateur au vêtement. Il fallait que cela devienne une véritable expérience, mais pas une expérience de vente en tant que telle. En effet, ce qui nous intéressait c’était plus l’idée que le client puisse de suite s’approprier le vêtement, le toucher, l’essayer. Pour ce faire, il y avait cette grande cabine d’essayage dans l’espace pole dance. Pour les clients un peu plus réservés, nous avions également une petite chambre à l’étage.

C.A : Pour avoir un espace plus cosy et que les gens se sentent comme chez eux. Nous voulions qu’ils s’imaginent dans leur propre chambre d’hôtel, avec une garde-robe complète à essayer. Nous sommes vraiment ravies de cet évènement, nous avons senti que les clients accueillaient très bien la démarche.

M.M. : D’ailleurs, petite anecdote, quand nous sommes arrivées pour tout installer, il y avait une de nos clientes dans l’Hôtel. Nous ne connaissions pas, mais elle était habillée en Wylde ! C’était une  surprise de bonne augure, parce qu’à notre échelle, nous ne rencontrons pas souvent nos clients par hasard. 

Wylde
Capsule No Genre / Crédit : Nafissa Harvoire

Vous avez évoqué tout à l’heure le « no gender » – qui s’appelait encore unisexe il n’y a pas si longtemps – comment s’est-il imposé dans votre démarche  ?

C.A. : C’est venu très naturellement pour nous. En effet, au départ je faisais beaucoup d’upcycling. J’adorais chiner chez les hommes, surtout pour les chemises, les jeans et les blousons. Vu que ce sont des formes très classiques de la garde-robe, cela ouvrait beaucoup de possibilités de transformations. Sans parler du fait, que personnellement, j’ai toujours aimé porter des choses amples. J’ai d’ailleurs une fâcheuse tendance à voler les chemises de mon conjoint (Rires). Nous avons aussi remarqué que nous avions de plus en plus de clients qui achetaient ensemble ou de couples qui essayaient tous les deux le même vêtement. Du coup, nous nous sommes dit qu’il fallait développer ces vêtements no gender ou unisexe – peu importe comment on les appelle. Surtout parce qu’ils nous permettent de partager notre garde-robe avec notre moitié. 

M.M. : D’autant plus qu’en partageant sa garde-robe, on a aussi une démarche éco-responsable !

C.A. : Et même éco-frugale ! (Rires)

M.M. : Oui, parce qu’en partageant, on consomme moins.

C.A. : Ça permet aussi de s’autoriser des achats coup de coeur. Chez Wylde, c’est beaucoup le cas; les pièces ont un style fort donc on aime ou on aime pas. Et souvent, quand les clients craquent, ils se disent que c’est une pièce qui va être portée par les deux personnes. Alors elle sera largement rentabilisée et ils peuvent se permettre de se faire plaisir.

Clarissa Acario – Marylène Magnaud

Au début du mois, vous avez également été invité sur l’espace Jean-Louis du Salon Première Classe Tuileries, comment cela s’est-il passé ?

M.M. : Nous avons été très touchées par cette invitation. C’est vraiment une grande chance d’avoir pu participer à ce concept test où le grand public côtoie les professionnels de la mode. Ce mélange des genres sur un temps fort comme la fashion week c’était très amusant et plaisant à voir. Nous aimons rester au contact direct du consommateur donc ce format nous convenait bien.  Cela a été aussi été l’occasion pour nous d’enregistrer des pré-commandes. Les clients ont découvert de façon inédite la collection de l’hiver prochain et ont pu par là même nous flécher les pièces qui fonctionnent le plus. Et puis il y avait une super sélection de créateurs, nous étions bien entourées !

C.A. : En plus, il y avait une vraie recherche sur l’expérience client avec des vélos-smoothie où les gens pédalaient pour faire leur propre smoothie ou l’espace conférence avec des lits où les gens pouvaient aussi se reposer… Cette volonté de tester de nouvelles manières de faire des évènements nous correspondait bien, car nous cherchons toujours à concevoir des nouvelles formes de rencontres avec le clients, dans des cadres plus cosy et intime. Et la sélection de créateurs était très pointue.

M.M. : C’est Patricia Lerat de PLC Consulting qui nous a coachée ces derniers mois, qui nous a permis d’être ici. C’est une femme géniale et nous sommes contentes qu’elle nous ait placé dans un univers qui nous ressemble. Elle nous a ouvert des portes très chouettes.

C.A. : Là, on cherche à faire des évènements moins B2B, à moins grande échelle. Ça nous fatigue moins et nous convient mieux.

M.M. : En effet, nous sommes clairement noyées dans la masse des grosses marques implantées depuis longtemps. Même si les clients ont envie de voir de la jeune création, ils restent submergés par des marques qu’ils connaissent par coeur mais qui les rassurent. Du coup ils ont moins de disponibilités en terme de curiosité et de budget pour nous. C’est pour cela que c’est bien aussi qu’on soit visible dans d’autres cadres.

C.A. : C’est aussi pour ça qu’on a fait les Tranoï Weeks en janvier. Nous avons beaucoup aimé, je pense que nous allons prolonger là-bas et si possible au Jean-Louis également qui nous a vraiment plu.

Wylde
Marylène Magnaud – Clarissa Acario

Quels sont vos projets ?

C.A. : Le futur de Wylde sera comme toujours plein de surprises ! Nous avons un tout nouveau site internet avec un e-shop disponible depuis peu. Nous allons aussi préparer une pré-commande de la collection hiver 2018 pour nos clients directs. 

M.M. : Et sortir une petite ligne d’accessoires ! Ça c’est une exclu, nous n’en n’avions pas encore parlé ! Ce travail d’accessoires est dans l’optique d’amener plus facilement les gens dans notre univers. Une sorte de travail d’apprivoisement que l’on fait aussi en développant un discours de marque assez poétique et léger. Le but est de sensibiliser les gens à la « fashion conscious » au travers de produits très accessibles et faciles à porter…

Cette conscience de plus en plus exacerbée des marques prend également forme grâce à des marques éco-responsables comme The Matter dont nous avons réalisé une bien belle interview à lire ici.