Anouk Wipprecht

ANOUK WIPPRECHT: quand la technologie devient esthétique.

Depuis quelques années elles courent lentement, petites billes de technologie, elles s’agitent comme autant de nouvelles cellules sous la première couche de l’épiderme. Elles sont un nuage, elles sont une poudre magique, un enchantement particulier qui nous fait nous changer en une chose indistincte, rêvée, fantasmée et pourtant terriblement crainte. Les diodes s’illuminent comme autant de guirlandes de Noël, dans nos yeux flamboient l’émerveillement face à une ère technologique magnifiquement avancée. Les rouages roulent vers nous et nous englobent dans un univers quasi mythologique, où les Dieux de toute sorte sont remplacés par des déités surnaturelles, moins fantasques que thaumaturgiques. Le dieu tellurique a le pouvoir de faire trembler la terre et de faire émerger du bitume des câbles solides qui viennent nous attacher, la déesse ignée n’est plus qu’un champ électromagnétique qui court partout dans la cité humaine qu’est la Terre. Chacune de nos perceptions évolue comme notre vision de l’avenir tend de plus en plus à devenir réalité, et la technologie devient l'esthétique.

Spider Dress 2.0
Spider Dress 2.0

Une mode robotique

Une chose notable pourtant malgré cet amas de technologie, malgré cet alliage où la magie n’a pas d’autre choix que de laisser la place à la technique et à l’ingénierie ; les robots sont des créatures de l’Homme. Comme dans la Bible, nous nous sommes façonnés des êtres à notre image, et dans de nombreuses œuvres nos enfants métalliques aux yeux morts de circuits nous dépassent et nous supplantent. Aujourd’hui l’Homme n’invente pas ses enfants, ses robots. Il se métamorphose lui-même, il s’octroie le pouvoir qu’autrefois il confiait entre les mains froides d’une intelligence artificielle (IA). L’Homme devient l’hybride parfait, à la pensée écologique, et puissante, au traditionnalisme accentué par un pouvoir thaumaturgique démesuré, donné par des engrenages, des circuits, des fils et autres câbles.

Anouk Wipprecht, jeune créatrice fashiontech hollandaise, fait partie de ces pionniers de la transformation. Elle fait de ses mannequins des déesses et des oracles qui maîtrisent les éclairs et la foudre, qui sont le reflet parfait de bijoux tech comme les dernières inventions automobiles. Ses tenues sont des systèmes à part entière dont le corps humain est la tour, terre d’accueil de paramètres informatiques qui font que la robe chérie réagit à son environnement. Elle fait dériver la création, en fait un moyen de super-puissance pour placer les femmes sur un piedestal divin. Peut-être est-ce cela qu’autrefois les Hommes de l’Antiquité prirent pour des Dieux : des êtres à l’armature métallique et crissante, dont les formes ne rappellent rien d’autre que des micro organismes, les aléas de la foudre, les ondes aquatiques qui se dispercent dans un lac sous un vent violent.

Conception of Faraday Dress
Conception of Faraday Dress

Anouk Wipprecht est une sculptrice de l’imaginaire et du divin, elle construit des déités technologiques et nous fait croire que bientôt l’humain pourra posséder des pouvoirs plus fabuleux encore que tout ce que nos yeux peuvent voir aujourd’hui. Charles ou Wolverine ne sont plus très loin, ils bénéficieront simplement d’un look fashiontech plus affirmé et assumé encore que ce que les derniers films nous laissent à voir.

Pour mettre sur pied ses inventions, Anouk Wipprecht allie impression 3D et systèmes informatiques. Les fils et câbles sont légion, mais pour elle, la technologie créé l’esthétique, plus qu’elle ne remplit un réel rôle fonctionnel.

Smoke Dress 2012
Smoke Dress 2012

Un robot hollandais, donc, mais un robot simplement beau, comme l’on aurait dans sa magistrale entrée une statue grecque de l’ancien temps.

Créatrice, artiste, enseignante dans la fashiontech et la mode électronique, Anouk Wipprecht a notamment travaillé lors de projets phénoménaux pour des événements comme le Superbowl, a créé des tenues pour les Black Eyed Peas, ou l’Eurovision.

Fergie, left, of the Black Eyed Peas performs during half time of Super Bowl XLV with the The Green Bay Packers and the Pittsburgh Steelers in Arlington, Texas, Sunday, February 6, 2011. Photo by Benny.
Fergie, left, of the Black Eyed Peas performs during half time of Super Bowl XLV with the The Green Bay Packers and the Pittsburgh Steelers in Arlington, Texas, Sunday, February 6, 2011. Photo by Benny.

Elle est également celle qui gère aujourd’hui l’exposition TECHNOSENSUAL « Where Fashion meets Technology », et s’emploie à faire avancer et à faire se concilier ces deux mondes que sont la mode et l’ingénierie.

Printed for Audi Dresses
Printed for Audi Dresses

Le corps et la conscience comme support

La fashiontech trouve son point culminant et sa symbolique en ses créations ; avec elle la mode n’est plus seulement une histoire de tissu mais d’être vivant à part entière. On oublie les mannequins cintres, les portes-manteaux vivants qui déambulent sur le catwalk. La tenue fashiontech doit être portée par un humain, par un être pensant, par une conscience véritable qui choisit, et chacun de ses choix influe directement sur la tenue portée. Un robot oui, mais un robot qui était autrefois un humain.

Synapse
Synapse

Sensible aux courbes, attentif aux reflets miroitants sur les tenues d’impression 3D, le spectateur ne peut pourtant pas oublier, même s’il est lui-même un peu robotisé, d’où viennent ces motifs, d’où sont issues ces lignes suaves et voluptueuses, d’où sont tirées ces couleurs, et surtout cette impression de beauté fantasmagorique.
La créatrice fashiontech happe à elle tout ce qui l’entoure, et ce tout n’est en rien technologique : araignées, corail, étoiles de mer, nuages, brume, algues, caméléon, pieuvre… Autant de créatures et de concepts qui appartiennent et appartiendront toujours à Mère Nature. Ainsi même dans un futur où la technologie s’en mêle, où elle régit un geste, comme enfiler un pantalon, dans une œuvre de Barjavel, un avenir où notre sweat se change d’un seul coup en armure intégrale pour nous protéger d’une attaque, comme dans Edge of Tomorrow, nous tendons de plus en plus à mélanger tradition et innovation technologique. Et la créatrice fashiontech hollandaise le démontre parfaitement, avec ses inspirations.

Particledress
Particledress

Une technologie inspirée de la nature

Il y a dix ans, l’Homme imaginait le futur de sa race comme presque éteint, comme affalé sur les restes d’une Terre qu’il aurait saccagée sans y faire une seule fois attention. L’Homme se serait alors exilé sur un Ailleurs, que ce soit sur une planète nommée Pandora, une station spatiale conçue de toute pièce pour les survivants d’un air terrien vicié et toxique, comme dans Interstellar.

On pensait évidemment à Matrix, à ses phrases, son monde binaire vert et noir, incompréhensible et surréaliste. « Your power means nothing here, this is the Internet », nous pensions être évincés par des choses que nous avions nous-même créées. Les IA prendraient le contrôle, et ce serait presque la fin de l’humanité.

Mais la jeune génération de créateurs nous prouve que la technologie peut nous servir à un tout autre chose qu’à un confort exagéré ou à une toute puissance sacralisée. L’esthétique, et sublimer la nature, ce qui n’est pas sans rappeler le dernier propos de Première Vision Automne-Hiver 2016 : la fashiontech rehausse le végétal, le minéral, l’animal. La fashiontech est un moyen de création nouveau, mais pour rien au monde les créateurs se sépareraient de leurs inspirations originelles.

Smoke Dress 2012
Smoke Dress 2012

Jean D’Ormesson a dit :

« Bientôt, semées sous votre peau, les puces feront partie de votre corps. Vous serez votre propre robot. Un autre monde est déjà au travail. Tout ce que la science est capable de faire, elle le fera. Un rêve de puissance nous emporte ».

Anouk Wipprecht semble être à la fois en parfaite cohésion avec les propos, et pourtant dans sa subtile créativité, et sa volonté de magnifier le naturel, qu’il s’agisse de pattes fines d’araignées, de faces 3D insectoïdes, de câbles représentants autant de rayures sur une créature microscopique, elle nous montre que la technologie n’est pas ou plus seulement un rêve de pouvoir. La fashiontech devient le beau, elle devient la femme déifiée, qui a enfin effectué son ascension vers des sphères d’ingénierie de mode. Sa robe n’est plus un organza diaphane mais une impression 3D munie de systèmes électroniques qui lui font souffler une brume, teindre d’elle-même son tissu, s’illuminer dans la nuit noire telles des étoiles sublimes.

Faraday Dress
Faraday Dress

Une technologie lyrique, envolée esthétique

Il ressort du travail d’Anouk Wipprecht une poésie lyrique qui n’est pas sans rappeler la célèbre chanteuse d’opéra de race alien dans le Cinquième Elément de Luc Besson. Une beauté contemplative à couper le souffle, amenant au rêve, alors que pourtant, dans notre rétine se plante, s’ancre la vision d’une technologie étrange et étonnante que nous n’aurions jamais pensé associer à une œuvre onirique.

Dresses for Audi A4, printed Dresses
Dresses for Audi A4, printed Dresses

Les déesses merveilleuses d’Anouk Wipprecht sont d’une fragilité douce et tendre ; elles en seraient presque parnassiennes. « L’art pour l’art », dit Théophile Gaultier. La jeune designeuse semble en accord avec ce propos pourtant ancien, alors qu’elle projette aux yeux du monde une fashiontech éblouissante de splendeur et de poésie. Les vers s’enchaînent aux impressions 3D et aux circuits, les rimes, aux diodes et aux cadrans. Le tout n'est pas sans rappeler un petit quelque chose de rêveur d'Anrealage, mais avec un côté tech bien plus poussé.

Anouk Wipprecht est une figure dans le monde de la fashiontech, dans cette infernale et majestueuse dualité, qui oppose onirisme naturel et rêverie fantasque et chimérique des temps passés, à la technologie supra-avancée des éléments informatiques et électroniques, et dont il ressort pourtant une alliance superbe qui nous emmène vers un ailleurs de toute somptuosité.


Cadeau noel

Noël: quelles idées pour des cadeaux Fashiontech?

Certains ont d’ores et déjà entamé leur calendrier de l’Avent, tandis que d’autres se triturent les méninges à la recherche DU cadeau qui séduira leur belle, leur prince charmant, leurs parents ou leur petit bout de chou. Autant de choix, autant de décisions à prendre pour continuer à faire valoir l’esprit de Noël dans un monde soufflé par la sauvagerie, la brutalité, par des causes justes, sauver le climat, sauver la planète, les ours pôlaires… Autant de choses qui font que cette année 2015 doit rayonner par sa vitalité, sa robustesse, sa douceur et sa puissance. Certains ont dit « Nous ne nous arrêterons pas de vivre », ou « Nous ne succomberons pas à la haine ». Alors, cet hiver, pour cet incroyable Noël, les marques se démarquent pour vous proposer les plus délicieux, les plus enchanteurs et rêveurs des cadeaux, en totale concordance avec notre ère d’avancement technologique, et de volonté de préservation des traditions et de l’ancien. Voici notre sélection pour passer le plus beau des Noël, le pied du sapin garni de cadeaux fashiontech!


 

Pour la plus belle, pour la plus élégante, pour celle que l’on adore et que l’on veut voir sourire, qu’elle soit maman, étudiante, qu’elle soit brune ou blonde, elle aussi a le droit à son devenir rayonnant le 24 décembre. Nous voulons la voir rire aux éclats, hausser les sourcils de stupéfaction devant un cadeau imaginatif, personnel, tendance, fashion, tech, le soir de Noël. Un soupçon de féminité au sein des derniers must-have de l’hiver 2015 :

 

1-
1-

1- L’alliance de la technologie et de l’univers fashion est encore ce que l’on peut proposer de plus glamour en cette période de Noël. Quoi de mieux que d’être tendance jusqu’à la pointe de notre smartphone ? Stella McCartney innove avec des couleurs fraîches, des couleurs glam et fresh, voire candy, sur une coque pour iPhone à la chaînette dorée. Accessoire que l’on pourrait presque porter en sac à main, ou en collier, tant il est joli ! De quoi rayonner et être fashion même pendue à son téléphone. 140euros.

 

 

cf-lg
2-

2- Aux femmes actives, aux sportives, aux nouvelles ambassadrices féminines de l’effort, le bracelet Vivosmart HR est un cadeau tombé du ciel. Il mutliplie les fonctions : cardiofréquencemètre, affichage HD, suivie d’activité, grand écran couleur anti-reflet, fonctions d’entraînement avancées, résistance à l’eau, gestion de la musique… un véritable bijou de tech, tout en sobriété et élégance, proposé par Garmin, à 149euros.

 

3-
3-

3- Pour madame enfin, rien ne vaut le plus beau sac à main ! Mais pas n’importe lequel, s’il vous plait. Restons tendance, branché et connecté. Les sacs Gianoi permettent de recharger notre téléphone lorsque nous sommes en mouvement. Pour la classe du design et le cuir en serpent, plus la tech, nous disons oui à ce fabuleux cadeau ! Environ 1080euros.


 

Pour notre prince, notre Anakin à nous, notre papa Vador ou le frère avec lequel nous nous chamaillons sans cesse, pour tous ces hommes que nous aimons, nous savons, plus encore cette année que toutes les autres années, que nous avons le pouvoir absolu de les voir crier de joie comme des enfants. Et pour cause, la terrible tendance intergalactique Star Wars qui déferle sur notre univers comme une raz-de-marée. Partout, dans la mode, les gadgets, et même la cuisine. De quoi rendre mémorable le soir du 24 décembre 2015.

 

4-
4-

4- Le must-have pour être élégant au réveillon 2015, le plus sublime cadeau chic à offrir à votre homme : la chemise anti-tâche, anti-transpirante, à la coupe ajustée, au fil stretch… La chemise idéale, celle qu’on attendait ! Peu froissante, claire, de quoi se permettre de se faire jeter du vin rouge au visage, et en-dessous, par une charmante demoiselle. Par Le Lab, à partir de 100euros.

 

 

5-
5-

5- Pour nos princes charmants, notre papa chéri Vador, notre oncle au look toujours impeccable, on offre avec grand plaisir ce bijou de fashion tech, né de la grande collaboration Apple et Hermès. L’Applewatch au boîtier en acier 38mm, le bracelet double en cuir, 1450euros.

 

 

6-
6-

6- Qui n’a jamais rêvé de se transformer en superbe John Travolta le temps d’une soirée, de jouer au Bad Boy au sourire coquin et aguicheur, à l’air rebelle et redoutable ? Nous les femmes, ne sommes pas capables de leur résister. Encore moins quand leur super perfecto de cuir noir prend des photos de nous, grâce à un capteur intégré, toutes sourires, devant leur joli minoi craquant. Un rebelle connecté? On veut! Environ 682euros.

7-
7-

7- Pour ceux qui souhaitent se faire beaux, en toute circonstance, nous vous proposons un pur produit de tech et de design : la tondeuse Wahl Stainless Steel de Wahl & Moser, au look élégant et épuré. Précise, elle s’utilise avec simplicité et élimine jusqu’au moindre poil, même le plus difficile d’accès. 99.99euros.


 

Pour notre petit cœur, ou notre petite princesse, pour le mini-nous aux grands yeux innocents, le cousin que l’on voit une fois l’an, autant de cadeaux merveilleux, pour ces petits amours de bambins et enfants.

8-
8-
9-
9-

8 et 9- On a beau dire, Star Wars c’est fabuleux, les Jedis, sont un modèle captivant pour nos enfants, mais les méchants remportent encore une fois la palme de la plus grande classe et du pkus gros charisme. Une mention spéciale aux Stormtroopers, qui se déclinent en une ingénieuse montre talkie walkie typée agent secret inter-galactique, de chez Lexibook, à 69euros, et en baskets montantes Kickers, dont le dessus est en cuir et la semelle, en caoutchouc, histoire de pouvoir filer en cas d’attaque de la République Jedi, 99euros.

10-
10-

10- De quoi s’affronter dans de glorieux et épiques combats, sans se blesser, et même comme le tout nouveau méchant, designer son propre sabre laser. Être un padawan, oui, mais un padawan tendance, c’est mieux ! Plus de 200 combinaisons possibles avec le sabre laser de Jedi Hasbro, lumineux, 60euros.


 

Puis il y a ces cadeaux, où qu’importe le sexe, qu’importe l’âge, s’ils se retrouvent au pied du sapin gorgé de guirlandes et de boules colorées, ils feront forcément plaisir. Ils sont beaux, ils sont originaux, et, évidemment là encore, ils viennent de la Lune Noire. Ou presque !

 

11-
11-

11- L’alliance des étudiants créatifs de l’Insitut Français de la Mode (IFM) et de Star Wars nous offre une jolie gamme de vêtements aux couleurs acidulées, sophisitquées sur fond sombre galactique, aux effets de lumière incroyables. De quoi faire valoir l’imagination débordante des étudiants qui se montrent particulièrement tendance ! Ligne vendue en exclusivité au Disney Store des Galeries Lafayette Haussmann.

12-
12-

12- On connaissait les gammes d’écouteurs Swarovski ou les superbes et branchés Senheiser. Ici, vous aurez et le look impeccable et fantasque ultra tendance, pour les fêtes de Noël, et le son d’un puissant artefact tech. Le casque « Diamond Tears » de Monster est vendu à un prix maximum de 299euros.

13-
13-

13- Qui n’a jamais rêvé de piloter un avion ? Mieux, qui n’a jamais rêvé de piloter un vaisseau Sith ou Jedi ? Dupont vous en donne ici la possibilité, et vous garantis que chaque lettre, chaque phrase sera un voyage jusqu’à Coruscant. Stylo plume « Streamline » Star Wars by St Dupont, 1590euros.

14-
14-

14- Pour tous les motards, et les motardes, à ceux qui veulent du shinny, du glimmer, nous vous proposons le must-have du casque, la plus fashion des protections, et le cadeau le plus éclatant et rassurant qui soit. Pour ceux qui veulent passer Noël sur les routes: le casque Biltwell, pailleté d’or ou d’argent, à 116euros.

15-
15-

15- Nous disons bien que nous devons être belles –et beaux ! jusqu’au bout des ongles. Mais c’est également valable pour les ongles… de pied ! Les plus fashion, les plus tech de toutes les chaussures sont proposées par Christopher Kane, des sneakers aux bandes élastiques, et au néoprène fascinant, aux coloris neutres soupoudrés de superbes lignes fluorescentes, ou motifs psychédéliques, le tout nous renvoyant un peu plus encore dans l’univers de la tech. A partir de 365euros.

16-
16-

16- La musique, on voudrait l’écouter, partout, tout le temps, sans cesse, et ne pas être bloqué par un son médiocre sorti de son smartphone. Pire, on voudrait encore plus ne pas être foncièrement ridicule et out of fashion en sortant notre enceinte miniature, à la couleur laide, et au design douteux. Bathroom Graffiti mêle avec brio pour nous contenter, la classe de la mode, le chic d’un sac à main, l’élégance d’un objet « haute couture » vintage, son enceinte nomade Bluetooth Helsinki, en rose, bleu ou gris, un des must-have fashiontech pour bien un réveillon et un Noël sous les étoiles tout en musique, en qualité, en étant branché ! 399,90euros.

17-
17-

17- Longtemps les robots créés étaient en similitude avec notre aspect physique. Et on se souvient tous de l’effet peu probant que ça a donné. Cette fois-ci l’inspiration se trouve dans le étoiles de la licence Disney. Le petit robot Sphero BB8 est un produit connecté qui se pilote grâce à un smartphone, et peut explorer tout l’univers autour de lui. Il rougit et trépigne de colère si vous lui faites trop souvent heurter un obstacle, gare à vous mauvais pilotes ! Destabilisé, ou apeuré, il en perd la tête –littéralement. De quoi retomber en enfance pour les plus grands, et se prendre pour un super pilote professionnel, pour les enfants. 149euros.

18-
18-

18- Les écrans sont partout, absolument partout, mais ce n’est pas parce que nous vivons dans l’ère du numérique que nous devons nous vriller la rétine. La marque américaine Gunnars Optik a mis au point des verres de couleur jaune qui filtrent les lumières bleues émises par notre téléviseur, notre ordinateur, notre smartphone. Les modèles sont disponibles des plus sportifs aux plus classiques. De quoi moins fatiguer nos yeux, des ados accros aux jeux vidéo, aux salariés qui travaillent toute la journée sur un écran. Un cadeau de Noël pour se protéger, tout en faisant plaisir. A partir de 69euros.

19-
19-

19- Qui n’a jamais redouté de se vêtir de ses moon boots avant d’aller faire un peu de ski, une balade en montagne ? Les pieds sont certes tenus au chauds, mais au combien nous autres it-girls et hipsters aimerions qu’ils soient en plus beaux ! C’est chose faite avec Colette qui propose des moon boots Stormtroopers et C-3PO, à 120 euros!

20-
20-

20- Quand on dit nouveau skate, on pense bien sûr à l’Overboard de Retour vers le Futur. Mais on a en cette fin d’année, la possibilité de faire –presque ! mieux : un skate gyroscopique, à l’armature nid d’abeille lustrée, très tendance, à l’allure tout à fait tech. Un skate du futur pour Noël, c'est tout de même sacrément tendance! Proposé par Surfwheel à 999euros.

21-
21-

21- Les amoureux du dessin, qu’ils soient stylistes, illustrateurs, graphistes, auront de quoi sourire à ce Nöel : une ardoise numérique, sur laquelle on pose un support papier, sur lequel on dessine à la main, le moindre de nos traits se retranscrivant en direct sur notre Ipad ou iPhone ! De quoi croquer toutes les étapes du repas de Noël ! C’est la Slate, de iskn, 199euros.

 

Modelab vous souhaite, à toutes et à tous, un Joyeux Fashiontech Noël!


ANREALAGE : une histoire poétique technologique.

Qu'est-ce qu'Anrealage? Musique, art, technologie, invention, mode, tendance, architecture ? Voici qu'un objet de mode est survenu, étrange, au milieu des catwalks. La nouveauté tendance grandit, depuis 1980 dans l'archipel nippon sous le nom de Kunihiko Morinaga. Mais la langue française est pour une fois insuffisante à la compréhension totale de ce monstre génial de création, peu importe qu'il soit un objet de mode ou tout autre chose. L'anglais est visiblement mieux choisi pour sa musicalité : seed or sidh ? La créature fashion, l'embryon végétal qui s’épanouit et grandit, ou ces mystérieuses et fantasques créatures aux cours Seelie et Unseelie, lumière et ombre ?

Reflect
Reflect

Les fibres naturelles grandissent depuis 2003, elles fusent vers une notoriété qui n'a pas encore atteint notre continent, notre monde si occidentalisé. Les fils deviennent petit à petit des lianes qui se meuvent et viennent chercher la lumière du soleil, puis celle des lanternes, des réverbères, des diodes, des circuits, et une fois rassasiées, elle se terrent, s'engouffrent pour se nourrir de ténèbres et d'ombres.

Trois mots définissent cette improbable alliance dans le monde de la mode : REAL, UNREAL et AGE, leur traits joints donnant naissance à ANREALAGE.

suzume_00_b
Suzume

 

Kunihiko Morinaga, édificateur et architecte de mode

Kunihiko Morinaga a débuté ses créations sous le mantra « Dieu est dans les détails », employé notamment par l'architecte Ludwig Mies van der Rohe ; la comparaison est d'autant plus justifiable que les vêtements et pièces du créateur japonais sont de véritables tours d'ivoirechâteaux forts ou cathédrales dantesques, autant de monuments dont le moindre fil est pensé et à sa place, où chaque incrustation, chaque couleur est une ode au spectaculaire.

Air
Air

Les tenues Anrealage sont des constructions bâties pierre par pierre, fil par fil, bouton par bouton, point par point, et la finalité de chacun de ces monuments gigantesques se trouve être dans l'éclairage de celui-ci. Jour ou nuit, on peut s’asseoir devant chacun de ces immenses mausolées construits à la gloire du détail, de la lumière et de l'ombre, de la construction d'un vêtement, et se perdre dans une infinie contemplation. Devant ces pièces assemblées, nous nous posons, et nous admirons les yeux tournés vers les hauteurs, la splendeur de ces édifications.

Haru
Haru

Les coupes sont folles, les structures font penser à des labyrinthes insensés, à des villes aux escaliers menant au plafond, des ruelles donnant sur des impasses, des souterrains emplis de nuages. Du rêve au milieu de la réalité, une autre réalité dans celle que nous connaissons déjà. Créer un monde parallèle non pas à côté mais par-dessus celui dans lequel nous vivons. Kunihiko Morinaga réinvente notre vision du monde, l’oriente sur un ailleurs pourtant bien présent. Il nous fait découvrir des choses que nous n’aurions jamais osé imaginer. Il nous pousse, nous invite à une contemplation rêvée sur des formes de mode, sur des corps en mouvance. Le col d’une chemise démultipliée, blanche, nous apparaît soudainement fluorescente. L’ourlet d’un pull se succède, n’en finit plus, pour devenir une robe de soirée. Les fils explosent, implosent, et deviennent une veste. Le squelette se pare de coloris chatoyants et s’exporte du corps pour se faire jupe.

Anrealage s’accroît, et traverse le temps et les ères, mais pour devenir quoi ?

 

Fibre textile deviendra arbre numérique

Les premiers défilés Anrealage, de 2005 à 2007, sont ancrés dans la terre, dans des fils et des entrelacs qui ne nous font penser qu'à une jungle textile luxuriante et riche, de couleurs, de formes incongrues. Des arbres immenses qui s'imposent sur la plaine morne et sèche du catwalk. On imagine fort bien l'oeuvre écologique et superbe de Keiichi SugiyamaOrigine, comme représentation, idée, miroir de la création de Kunihiko Morinaga : une terre envahie par le végétal, le filaire, la fibre, le lien, qui croît, s'élève, jusqu'à exploser et envahir le monde que nous connaissons, donnant ainsi un autre tableau de la vie à observer.

Butter
Butter

En 2008 la collection « No More » semble vouloir bouleverser cet ordre végétal expansif en le faisant évoluer. Comme si une nouvelle ère arrivait, comme si les débuts luxuriants textiles se mutaient en quelque chose de plus technique. No more ancient ? No more forest ? No more quoi ?

La jungle fastueuse se métamorphose en une cité, en une agglomération. L'urbanisation est en route avec des coupes plus sobres, plus strictes. Comme si l'humain avait enfin posé ses marques au beau milieu de la nature et cherchait à s'en emparer. A catégoriser, à couper, trancher. L'Homme scie, construit, bâtit des immeubles noirs et blancs, grisâtres et structurés par les mathématiques et les sciences.

No More
No More

L'expansion citadine devient plus forte et s'achemine jusqu'en 2011, où l'on se retrouve plongés dans un nouveau MetropolisGrandes structures, échafaudages de tissu et de coloris, ossature gigantesque, imposante démonstration d'un corps neuf, armatures oversize, parties de vêtements qui enflent comme si la société elle-même allait imploser. Ce n'est pas sans rappeler l'exagération de nos chers Incroyables et Merveilleuses qui tendaient à exagérer un détail de leur tenue, pour se faire voir, pour que le monde les classe comme extravagants de mode.

Air
Air

Puis « Time » survient. Nous sommes en 2012. L'horloge s'est ici arrêtée, la pose de couleurs, la mise en forme a été décalée. Tout semble comme intempestif, reproduit, retracé, refait, encore et encore. Répétition insensée des ourlets, des bas, des manches. Comme si un bug était survenu lors de la confection du vêtement. Comme si la programmation textile avait rencontré un virus de duplication. Comme si le programme colorisation avait planté pour ne pas faire de mise au point visuelle.

Time
Time
Time
Time

Enfin surviennent les collections si énigmatiques et fantasques de 2013, 2015-2016 et 2016,  « Bone », « Light » et « Reflect ». Dans chacune de ces collections, l'humain perçoit l'improbable, l'impensable mélange , l'alliance géniale de l'ombre et de la lumière. On entendrait même Obéron et Titania se faire la cour. Dans une même tenue, nous avons la cour Seelie, cour de la lumière, de l'été et du printemps, de la chaleur, du sourire, de la joie de vivre. Puis son penchant opposé survient, brusquement : la cour Unseelie, ténébreuse, ombres miroitantes, où le froid, la nuit et la glace règnent en maîtres. Le créateur mêle, démêle puis entremêle ces deux univers si distincts, que tout oppose, mais qui ne pourraient exister l'un sans l'autre. On admire la beauté glaciaire des motifs éclatants qui apparaissent sur les modèles de « Reflect », uniquement parce que la tenue était sobre et lumineuse, claire, l'instant d'avant. Les os colorés et vifs de « Bone » ne sont que plus chatoyants que par la présence de ce bleu électrique et froid sur ce noir d'encre. On distingue la magnificence de motif, de l'imprimé de « Light », que par la présence dérangeante des ténèbres environnantes.

Bone
Bone
Bone
Bone
Light
Light

La technologie s'est implantée au sein même de la marque, de la forêt sublime et colorée de Kunihiko Morinaga. L'humain n'est même plus présent, on ne distingue que le vêtement, que la lumière, l'apparition et la disparition d'éléments, la transformation, la métamorphose.

Anrealage. An real ageUnreal ageUne ère réelle et irréelle. Un temps où la technologie permet de nouvelles façons de faire voir l'invisible. Un temps où la technicité évolutive permet de nouvelles illusions. Nous ne sommes plus si loin des hologrammes. Nous ne sommes plus si loin des machines rêvées. La technologie se dépose avec Anrealage sur le corps, ou plutôt sur le tissu à même posé sur le corps. A quand les tatouages et les vêtements mouvants de Scott Westerfield dans Uglies ? Allons-nous devenir comme dans Specials du même auteur, des être inhumanisé par la technologie ? Sommes-nous en train de disparaître au profit d'une esthétique technologique de plus en plus avancée ? Et si au fond, le monde et la mode se suffisaient à eux-mêmes ? Peut-être que bientôt, ce seront nos propres créations, dignes d'intelligence, qui créeront pour nous.

Reflect
Reflect

Albert Einstein a dit « Il est hélas devenu évident aujourd'hui que notre technologie a dépassé notre humanité ».

Personne ne saura répondre à ces questions, mais tous seront d'accord sur le fait qu'Anrealage est un bijou de fashiontech, une allégorie du rêve, du fantasme perçu, vécu, un bref instant, le temps d'un défilé, où notre esprit se gorge de ces magnifiques illusionshier végétalesaujourd'hui technologiques, mais toujours, dignes de contemplation.


topshop bpay

Novembre 2015 - La Revue de Presse de la Fashiontech

Chaque mois, Modelab reprend dans sa revue de presse l'actualité qui a marqué la FashionTech. Start-ups, évènements, applications : voici un récapitulatif des articles qui nous ont le plus marqué ces dernières semaines !

"Showroom privé" introduit en bourse

maddyness le magazine des startups françaises

Spécialisé dans l'actualité des Startups française, Maddyness a suivit de prêt l'introduction de Showroomprivé en Bourse. Nous vous parlions en Juin de leur incubateur, c'est ce mois-ci une nouvelle étape pour cette entreprise emblématique de la French FashionTech, n°2 en France du destockage !

Le lookbook augmenté

Autre actu frenchy repérée par Creapills, Lacoste présente un livre augmenté, interactif, sur ce sport qui a marqué l'histoire de la marque : le tennis ! Le LT12book est issu d'une collaboration avec l'agence MNSTR.

Autre projet similaire, le site GeekGoesChic présente le lookbook de la nouvelle collection de la marque polonaise Hector & Karger. Celui-ci nommé RE_ALITY a de particulier de donner la possibilité d'accéder à d'avantage de contenu en utilisant son smartphone.  Les tenues présentées sur le papier se laissent alors découvrir en 3D.

Le webzine Fashioningtech présente les nouveaux uniformes d'Easy Jet

Cet article comporte de nombreux visuels des nouveaux uniformes de la compagnie aérienne, réalisés par Cute Circuit, entreprise londonienne, spécialisée en mode interactive et wearables.

Eram se lance dans la chaussure connectée 

Le modèle #Choose, réalisé par Eram et Phoceis, permet de choisir la couleur de ses chaussures, et de la modifier à la demande. L'article d'Entreprise Ouest France Entreprise nous en dit plus sur ce projet.  Les modèles sont réalisés avec du textile constitué de fibres optiques et des leds RGB.

Print all over me s'associe à la Processing Foundation pour une sublime collection FashionTech

print all over me et Processing Foundation
Le site PSFK présente le résultat de cette collaboration étonnante, entre l'entreprise FashionTech "Print all over me" et la "Processing Foundation", organisme à but non lucratif qui permet aux artistes de se former sur des logiciels et fait la promotion de la culture visuelle.  Le principe est de proposer au client des designs en mouvement. Il peut mettre l'animation sur pause, figer le moment où le motif lui plaît, et sélectionner ainsi l'image précise qui sera imprimée sur le vêtement. Il recevera également un exemplaire du logiciel utilisé, et 30% des bénéfices seront reversés à la fondation pour soutenir ses activités.

Et en Bref:

  • Fossil rachète la startUp FashionTech Misfit pour 260M$
  • Les dernières Fashion Week ont présenté des accessoires connectés, donc certains conçus pour faciliter le paiement. Le bureau de tendances WSGN a prêté attention à la collaboration entre Topshop et bPay, qui a donné naissance à ces accessoires colorés et fun, loin de l'image austère des CB. Ils permettent le paiement sans contact.

    N'hésitez pas à nous communiquer d'autres articles intéressants qui auraient pu échapper à notre veille, les commentaires sont là pour ça !


Sustainable Fashion

La mode éthique et équitable

À l’heure où l’Humanité commence à se rendre compte des dégâts de la surproduction et de la surconsommation, le retour au “naturel” est en VOGUE. Restaurant slow food et magasins bio se multiplient, on retourne de plus en plus faire le marché. On veut manger sainement et pourquoi pas en rétribuant les producteurs locaux. Comme votre chocolat bio camerounais, ou vos betteraves rouges iséroises, votre pantalon voire votre chemise pourraient être écolos. Alors pourquoi manger bio, et ne pas s’habiller bio ? 

La mode équitable c’est quoi?

Mode durable

Comme le commerce équitable la mode équitable a pour ambition d’instaurer des relations commerciales justes, fondées sur la transparence et le respect.

La mode éthique, elle, insiste sur le respect des Droits de l’Homme sur son lieu de travail. Elle s’appuie sur la notion de qualité sociale : interdiction du travail forcé ou du travail des enfants, absence de discrimination raciale ou sexuelle et bonnes conditions d’hygiène et de sécurité.

Ces deux notions sont complémentaires, elles entrent dans une démarche de développement durable et s’appuient sur trois aspects : l’équité sociale, l’efficacité économique et la qualité de l’environnement.

.

En somme, la mode écologique et équitable vise à moins polluer tout en rétribuant convenablement tous les acteurs de la chaîne de production : c’est une mode qui respecte l’Homme et la planète.

Comment s’y retrouver ?

Coton bio
(Baumwolle - Cotton)

Il existe des labels tels que :

  • Minga : garantie du commerce équitable tout au long de la commercialisation.
  • GOTS : label prenant en compte des critères environnementaux et sociaux.
  • Ecocert, qui garantit le respect des critères biologiques et équitables
  • Oeko-Tex qui certifie le caractère non toxique des textiles.

Avec ces quelques labels, on peut déjà faire la part des choses entre le réellement équitable et le reste.

Les marques équitables, éthiques ou écologiques

Voici une liste, non exhaustive de marques internationales en qui on peut avoir confiance.

- Les plus connues:

  • Veja: Baskets produites au Brésil avec du coton organique et du caoutchouc sauvage. De plus, le cuir est tanné avec des extraits végétaux et sans chrome (pour réduire la pollution de l’eau).
  • Ekyog: toutes les matières utilisées sont écologiques, le coton certifié bio par des organismes indépendants.
  • Bonobo Jeans: désireux de réduire l’impact de la fabrication sur l’environnement, ils créent des jeans éco-compatibles. Pour sa game airwashed, Bonobo a réduit sa consommation d’eau nécessaire au délavage et sa nouvelle ligne “Instinct” est faite à partir de matières écologiques.

- À découvrir:

Good Guys

  • Kami Organic : aucun pesticide, produit chimique, polluant ou procédé toxique n’est utilisé dans la fabrication des vêtements. Les matières portent le label GOTS (Global Organic Textile Standard).
  • Good Guys : nouvelle marque des créateurs d’April 77. Toutes les chaussures sont vegan et leur slogan est “Ne portez pas de cuir”.
  • People Tree : marque japonaise 100% commerce équitable, avec Emma Watson comme ambassadrice et qui propose des prix abordables.
  • Misericordia: vêtements fabriqués artisanalement au Pérou avec un coton péruvien, alliant “création artistique et engagement social”.
  • Luva Huva : marque anglaise de lingerie équitable intégralement fabriquée au Royaume Uni et à la main! Avec des matières durables comme le coton bio et des tissus à base de soja.
  • Waiting for the sun : les lunettes sont en bois et faites main, avec un matériel appelé Bois², 100% recyclé et biodégradable.
  • Twins for peace : la marque utilise des matériaux respectueux de l’environnement et à chaque paire achetée donne une paire fabriquée localement à des enfants d’un pays choisi, dans le cadre de son projet “Be Cool Be Good”.

- Celles dont on ne se doutait pas:

  • Stella McCartney : ni fourrure, ni cuir utilisé dans ses créations. Les produits de beauté sont 100% bio.
  • Patagonia : les vêtements sont fabriqués avec du coton biologique et des matières recyclées.

Il y a donc l’embarras du choix. Du chic, du haut de gamme, du casual en passant par des accessoires tendances à tous les prix. Ce sont toutes des marques relativement récentes et en pleine expansion. En effet, le commerce équitable qui ne représente que 0,03% du marché mondial est tout de même en phase de devenir un marché mature! Par ailleurs, on sait que 71% des français souhaiteraient “être mieux informés des conditions de production des produits qu’ils achètent”. Ce qui laisse un bel avenir à la mode fair trade.

 

Les clichés

Les esprits sont encore bien figés sur ce sujet. On a tous déjà entendu ou même dit : “C’est moche, trop cher et introuvable”. Ou bien le fameux : “Ah ouais donc des chaussures en caoutchouc de lutin ou un pantalon en lin ?!”. Et bien non ! La mode équitable est tendance, abordable et bien distribuée.

Ces marques fonctionnent exactement comme les marques de mode “conventionnelle”. Elles font appel à la publicité, à des égéries, des designers, ont des boutiques, des e-shop etc…Le petit plus, c’est le geste éco-citoyen et responsable. On peut s’habiller, se parer et se chausser équitable et durable, tout en restant trendy.

Il y a de nombreuses marques sur le marché de la mode équitable, toutes aussi tendances, connectées et accessibles, que leurs concurrents de la mode jetable Made in China. Les moyens pour consommer équitable, éthique et écologique sont à portée de mains, il ne nous reste qu’à en prendre conscience pour faire les bons choix.


Les Nouveaux Ateliers

Les hommes à la mode 2.0

La mode réservée aux femmes ? Préjugé ! Depuis quelques années, les marques essayent de séduire les hommes et y parviennent. Aidé par l’effervescence du numérique et de nouveaux modèles, le marché du prêt-à-porter masculin voit son chiffre d'affaires augmenter d'années en années.

Alors comment séduire les hommes à la mode 2.0 ?

Portrait du consommateur type

Dans une étude réalisée par CCM Benchmark pour l'enseigne ChicTypes : pour 78% des hommes interrogés, se sentir bien habillé au quotidien est un critère important alors que seulement 50% d'entre eux avouent aimer faire les magasins. Pourquoi cet écart si important ?

Etude PAP Homme
Cliquer sur l'image pour l’agrandir.

.

L'étude entière révèle que le public masculin n'apprécie pas faire du shopping pour les raisons suivantes :

  • un manque d'intérêt pour cette activité considérée comme une perte de temps
  • la difficulté de choisir parmi une large gamme de produits
  • le fait de ne pas trouver ce qu'il cherche
  • le manque de temps pour essayer et se décider

.

Sur Internet, certains points énervent également ces messieurs comme :

  • une perte de temps liée à la recherche
  • une déception face à la non-conformité
  • le fait de ne pas pouvoir essayer

.

Ces éléments négatifs ressortent parce que le consommateur masculin est différent de la consommatrice de mode. Lui :

  • sait ce qu'il veux
  • cède moins aux achats impulsifs
  • est moins sensible à la Fast Fashion et préfère acheter des pièces intemporelles
  • pose plus de questions sur les produits
  • aime prendre le temps pour choisir et également solliciter une personne de son entourage pour obtenir son approbation.

.D'après le directeur des achats MrPorter.com, Toby Bateman :

""Beaucoup d'hommes veulent des conseils. Et si vous leur donnez les bonnes réponses, ils dépenseront de l'argent. Par ailleurs, ils apprécient que leur expérience soit rapide et sans stress. Tout est question de facilité."

Et avec Internet, il est possible aujourd'hui de proposer des offres à la fois faciles, rapides et efficaces. François Soubien, associé Conseil en Stratégie chez PwC, le confirme, les entreprises qui se lancent sur le marché de l'habillement masculin "ont raison d'y croire car le digital offre une expérience client différent, une possibilité d'accéder plus facilement aux produits et de faciliter l'acte d'achat du client".

 .
.

 A la recherche d'inspiration

Comme le montre l'étude précédente, 71% des hommes préparent leur achat. Pour cela, Internet est la 1ère source d'inspiration avec notamment les blogs qui regorgent de bonnes idées .

Dans le top 3, on retrouve :

  1. Comme un camion : le pionnier qui abreuve les 18-35 ans de conseils pratiques et de sélections mode très in.
  2. Very Good Lord : le chic avant tout. Un blog qui mise sur l'élégance et apporte des conseils de style et une vision globale sur l'art de vivre au masculin.
  3. Bonne Gueule : le 1er site de mode français masculin indépendant.

Fondé en 2007, Bonne Gueule prodigue des conseils de mode. Très vite, ils ont eu la bonne idée d'évoluer en collaborant avec d'autres marques pour proposer leurs produits avant de se lancer dans leur propre marque de vêtements.

Bonne Gueule
Retrouvez l'article écrit par Fabrice Jonas sur Comment le digital a modifié notre manière d'acheter la mode ?

En plus des blogs, Instagram devient une source d'inspiration de plus en plus importante pour la mode masculine. Le site The MenLook Tribune a listé les 10 comptes à suivre.

MENLOOK-Instagram-02-iamgalla

Les bonnes adresses

Ainsi, les sites en ligne dédiés aux hommes n'ont cessé de se multiplier depuis quelques années. Difficile alors de s'y retrouver. Pour cela, l'Express a présenté sa liste des 10 sites de mode à connaitre absolument.

Sans surprise, on retrouve en n°1, le leader européen Menlook. Le site affichait en 2014, plus de 17 millions de visites avec un panier moyen de 210 Euros pour plus de 400 000 clients.  Des chiffres qui laissent rêveur et montrent le potentiel de ce secteur.

Outre le prêt-à-porter, d'autres marchés sont aussi intéressants comme la cosmétique avec l'e-shop Horace ou bien la lingerie avec Solendro, une marketplace pour sous-vêtements.

Les produits 100% FashionTech

Évidemment, le digital n'apporte pas que des changements dans la façon de consommer la mode mais aussi dans sa création et sa distribution.

Voici 3 exemples de produits 100% FashionTech faits exclusivement pour les hommes :

  • DUOO, la marque française du boxer innovant et élégant qui protège des ondes des smartphones. Leur mission "Sauvons ce que l'homme a de plus précieux !".
    Soutenez leur campagne de crowdfunding ici.

  • Les Nouveaux Ateliers, une marque de costumes et chemises sur-mesure. Leur procédé en  3 étapes utilisent une cabine de mesures en 3D.

  • Chic Types : Un service qui évite de se rendre en magasin grâce à une styliste qui propose des looks individualisés, la réception chez soi d'une malle avec une tenue complète et une semaine pour essayer les vêtements.

 

En somme, pour séduire les hommes à la mode 2.0, il faut les comprendre. C'est une clientèle exigeante, moins impulsive pour les achats et qui aiment prendre le temps de choisir et surtout d'être conforté dans ses choix. Les sites doivent donc regorger de conseils et de produits associés.


Fashion Week & Tendances Tech' - Part2

Part2: Cette semaine Modelab s'intéresse aux techniques de communication novatrices mises en place par les marques de mode pendant la Fashion Week, et vous présente le meilleur de leurs expérimentations pour valoriser leurs productions.

Nouveaux usages liés aux nouvelles techno : jeux d'image et enjeux de notoriété pour les marques.

En dehors des défilés, le spectacle continue avec les photographies street styles.

Picture: Whitney Valverde
Picture: Whitney Valverde

Ici la blogueuse Whitney Valverde met en valeur des pièces tech' de la marque Cute Circuit. Sa veste est "anti-paparazzi", confectionnée dans un textile innovant qui réagit aux flashs, elle permet de plonger le visage dans l'ombre sur les photographies.
La Fashion Tech' se porte dans la rue! Venir incognito aux Fashion Weeks est-ce vraiment le principe? ;)

"Anti paparazzi" by Cute Circuit
"Anti paparazzi" by Cute Circuit

Un des éléments importants dans la communication, est la mise en place de partenariats stratégiques, pour servir l'image des entreprises.
Pendant la Fashion Week New-Yorkaise, Marc Jacobs se rapproche de Vênsette, service dédiée à la beauté. Vênsette permet en quelques clics de prendre rendez-vous avec un maquilleur et/ou coiffeur professionnel, qui rejoint le client à son domicile. Pendant la semaine de la mode, les équipes de Vênsette travaillaient exclusivement à partir des produits de Marc Jacobs, ce qui a permis à la marque de faire connaître ses produits à une large audience de personnes, sensibles au monde de la beauté et adeptes de procédés novateurs.
La marque Rag + Bone a quant à elle ouvert son défilé à des utilisateurs New Yorkais d'Uber, qui ont pu recevoir une invitation en utilisant un code promotionnel le lundi à 17h30 sur la plateforme d'Uber.

Communiquer, c'est aussi jouer avec les images.

Dolce & Gabbana
Selfies sur le podium de Dolce & Gabbana

Chez Dolce & Gabbana, les mannequins ne cherchent pas à conserver un visage dénué d'expression, elles s'amusent et se mettent en scène, prenant des selfies pendant le défilé, qui sont projetés en arrière plan. Cela rajoute encore un point de vue sur l'événement qui est en train de se dérouler. La collection est inspirée de toute l'Italie, les tenues sont comme des cartes postales, et les modèles immortalisent elles-même ce moment.

La mode en Musique !

Pour développer leurs univers, les marques de mode sont friandes d'échanges avec les artistes musiciens.

A Londres, pendant la Fashion Week, la marque Hunter organise aussi des concerts et utilise l'application Periscope pour présenter des lives des groupes Tropics, Oscar et Fear of Men.

Twitter Hunter

Burberry a été la première grande marque à créer une chaine sur Apple music. Par ce biais, elle présente des artistes anglais et renforce son univers artistique. En plus de l'organisation de son défilé, la marque capture le live de l'anglaise Alison Moyet afin d'en diffuser la vidéo sur Apple Music.

Expérimentations technologiques pour vendre différemment des produits de mode

Toujours chez Burberry, qui est décidément la marque qui intègre le mieux les technologies dans sa stratégie marketing,  la commercialisation de la ligne beauté de la marque fait appel à Kakao. Cette application, principalement utilisée en Corée, a permis à ses utilisateurs d'acheter en direct pendant le défilé les produits de beauté Burberry.

Parmi les partenariats avec des applications, celui de Topshop avec le réseau social Pinterest est particulièrement créatif. L'enseigne propose une palette Pinterest qui propose des articles en fonction des tendances et des choix de l'utilisateur.

Topshop pinterest
Palette Pinterest X Topshop

Réseau chéri des amateurs de mode, Instagram était bien sur très utilisé pendant ce mois de Fashion Fête. Pendant le défilé de DKNY, les clients qui utilisent Instagram Direct ont pu par ce biais demander à la marque toutes les informations complémentaires sur les pièces qui attiraient leur attention pendant le show, dans un dialogue personnalisé. Une expérience qui ouvre de nouvelles perspectives pour ce réseau.

2 shot of DKNY Instagram Direct campaign

Chez House of Holland, des VIP se sont vus fournir en plus de l'invitation au défilé une bague tout à fait particulière. Ce bijou réalisé avec Visa, permettait de prendre en compte leurs commandes sur place, et leur a permis de repartir avec les pièces de leurs choix à la fin du défilé.

Alexa Chung, qui commande une pièce de la collection de House of Holland, en apposant sa bague sur la broche de la tenue.
Alexa Chung, qui commande une pièce de la collection de House of Holland, en apposant sa bague sur la broche de la tenue.

Henry Holland s'inscrit dans la Fashion Tech', en incorporant à ses tenues une touche de technicité sans laisser de côté son travail esthétique.

Pendant 4 semaines, nous avons pu voir de nombreux exemples qui montrent que les Fashion week sont pour les grandes marques de mode l'occasion d'innover dans leurs designs, dans leurs communications et dans leurs commercialisations.

La Fashion-Week, c'est tout un langage,  et pour vous y retrouver, Stylight a mis en place un Guide Fashion Week, qui vous fournira le glossaire indispensable!

Retrouvez ici la 1ere partie de l'article, qui présente les défilés les plus innovants de Londres, New-York, Milan et Paris.
Nous l'avons mis à jour, on y parle notamment du show de Iris Van Herpen, une des stylistes les plus prometteuses !

 


Fashion Week & Tendances Tech' - Part1

Les tendances mode féminine de l'été 2016 sont analysées par tous les médias depuis le 8 Septembre (lancement de la Fashion Week de New-York) et jusqu'au 7 Octobre 2015 (fin de la Fashion Week Parisienne). De NYC à Paris en passant par Londres et Milan, nous avons suivi les présentations des collections et observé les nouvelles tendances Tech' ! Voici un condensé de tout ce qu'il ne fallait pas louper pour comprendre l'évolution du monde de la mode...

PART 1 :  Cette semaine on observe les créateurs qui conçoivent la mode du futur, et comment la Fashion Week mute au contact des nouvelles technologies.

La technologie comme source d'inspiration pour les créateurs

Les stylistes sont influencés par leurs époques. Parmi les collections présentées cette saison, beaucoup réagissent à notre environnement hyper-connecté, certains en y faisant directement référence.

photo Dazed & Confused
Jefferson Hack pour Each X Other

La marque Each X Other fonctionne comme une maison d'édition et propose pour l'été 2016 une collection de vêtements réalisés par le créateur Jean-Charles de Castelbajac et l'artiste et poète Robert Montgomery. Ici la pièce «  Hack the system » conçue par Jefferson Hack (co-fondateur des mythiques magazines Dazed & Confused et AnOther) est un clin d'oeil et appel pour un élan rebelle et créatif. 

A Londres, Claire Barrow met en scène un univers post-tech, dans lequel elle présente ses vêtements dans une ambiance sombre et exaltante.

Image New York Times
Anrealage - collection Printemps Eté 2016

Sur la scène parisienne, l'un des défilés marquant a été celui du japonais Anrealage. Celui-ci soigne toujours ses dispositifs scéniques et s'intéresse depuis longtemps à la lumière. Son défilé présentant sa collection SS16 (Spring Summer 2016) fait appel au public pour un show interactif et poétique.

anrealage album Facebook
Anrealage SS16, image à gauche prise avec le flash

En éclairant les pièces qui défilent avec le flash des smartphones, des subtilités invisibles auparavant apparaissent.
Dans notre monde actuel où l'on regarde de moins en moins la réalité en face et de plus en plus à travers des écrans, le dispositif pensé par Anrealage est fascinant. 

Toujours à Paris, Hussein Chalayan fait sensation avec ses tenues qui changent de formes quand les mannequins prennent une douche sur le catwalk, avant de reprendre le défilé, trempées mais hyper élégantes.

LE défilé qu'on attendait le plus fébrilement chez Modelab était celui de la talentueuse Iris Van Herpen. Pendant celui-ci, des imprimantes 3D s'occupent d'habiller l'actrice Gwendoline Christie, connue pour son rôle dans Games of Thrones.

Impression d'une robe en 3D pour Gwendoline Christie. Photographie de Benoit Tessier pour The New York Times.
Impression d'une robe en 3D pour Gwendoline Christie. Photographie de Benoit Tessier pour The New York Times.

Certaines marques de mode ont mises en place des collaborations spéciales avec des entreprises reconnues pour leurs technicités afin de créer des vêtements innovants.
A New-York, la robe de Zac Posen réalisée en partenariat avec Google et Maddy Maxey (mentor de Made with Code) , est le premier modèle présenté pendant la Fashion Week possédant des leds. L'éclairage de celles-ci crée différents motifs, l'inspiration de ce modèle est Los Angeles by night: vidéo sur le compte Instagram de la marque.

L'Adrenaline dress et la brassière de Chromat X Intel
L'Adrenaline dress et la brassière de Chromat X Intel

Pendant la Fashion-Week de NYC, Intel était incontournable. Ce géant de la micro-électronique a été récemment nommé à la tête du British Fashion Council (qui a travaillé à la reconnaissance de Londres comme capitale de mode et contribué à la création de la Fashion Week british). L'entreprise collabore avec la marque expérimentale et trendy Chromat. Ensemble, elles créent une brassière sportive qui s'adapte aux changement de température du corps, et (avec le studio Francis Bitonti) l'Adrenaline Dress qui réagit à l'adrénaline, au degré de stress de la personne qui la porte, et peut dans une réaction "animale", se "hérisser". Intel a aussi utilisé des drones pour prendre des photos, installé des miroirs capturant les images des essayages pour faciliter le choix entre plusieurs articles etc...

Image: Courtesy of Tumblr
Courtesy of Tumblr

L'inverse est aussi possible : Tumblr, cette célèbre plateforme de microblog qui a donné naissance à de nombreuses tendances esthétiques ces dernières années, s'est spécialement investie pour sa dixième année à la FW de NYC. Un pop-Up de 10 artistes sélectionnés depuis Tumblr présentait des vêtements réalisés pour l'occasion.
Ainsi, des acteurs en provenance de l'univers technique valorisent leurs utilisateurs créatifs en les invitant à prendre part à la grande fête de la mode.

De nouveaux modes de présentation pour compléter (remplacer?) les défilés

Alexander Mc Queen le disait en 2009 (lorsqu'il a décidé de diffuser son défilé sur Internet), il est plutôt intéressant d'optimiser le coût d'un défilé en lui donnant un maximum de visibilité.
En 2015, c'est la première fois que le programme officiel de la Fashion Week de Londres prend en compte l'intégralité des évènements digitaux!

Les technologies audiovisuelles ne cessent d'évoluer. Cette année, l'application Periscope (appartenant à Twitter depuis Mars 2015) qui permet de diffuser en direct ce qui est filmé, a été très utilisée par les marques, surtout pendant la Fashion Week de New-York. Twitter lance aussi pendant la NYFW "Twitter Halo", qui permet de diffuser des prises de vue à 360°, et ce, toujours en direct. Tommy Hilfiger s'est prêté au jeu en back-stage.
Michael Kors utilise pour filmer son défilé une caméra "6K Red Epic Dragon" qui capture 9X plus de pixels que la HD et qui permet de regarder les pièces en slow motion, et d'en observer très précisément les détails.

Image: Burberry
Défilé Burberry

LE défilé qui a beaucoup fait parlé de lui et celui de Burberry. Selon l'article de  sur Internet Retailing,  40 229 tweets (donc 10% des Tweets sur LFW) l'évoquait! La marque anglaise continue de se positionner à la pointe en dévoilant en avant première des images de sa collections sur... Snapchat! Le directeur artistique de la marque, Christopher Bailey, a déclaré:


"Technology defines our lives more than ever before, but there is no straight line clear to anyone yet as to where products or platforms will evolve and take us in the future, nor is it something any luxury brand can or should consciously force."

Pour de The Gardian, les futures tendances de la mode ne se trouvent plus sur les podiums mais sur Instagram. Comme on achète de plus en plus des vêtements sans "les voir en vrai", les défilés de mode seraient-ils amenés à disparaître? Instagram ou un autre réseau serait-il plus adapté pour présenter les collections et leurs univers?

Image: Instagram de Misha Nonoo show
Misha Nonoo - Compte Instagram créé pour l'Insta-Show

Beaucoup de jeunes designers sautent déjà la case défilé, comme Misha Nonoo qui présente sa collection avec un Insta'show diffusé à un moment bien précis, et couple ceci avec la diffusion d'images de stars "partenaires"  qui publient sur leurs propres comptes des photos où elles portent les nouvelles pièces créées par la styliste pour l'été prochain.

Tom Ford lui même remplace son défilé par une vidéo:

"Having a runway show has become so much about the creation of imagery for online and social media, and watching a filmed fashion show can be like watching a filmed play" Tom Ford

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite! Nous verrons comment les marques introduisent de nouveaux moyens de communication pour faire valoir leurs créations pendant la Fashion Week, et qu'elles sont les dernières innovations pour la mise en vente de leurs pièces. 

 


Comment les réseaux sociaux modifient-ils l’acte d’achat ?

Depuis quelques années, les réseaux sociaux sont devenus des outils incontournables sur Internet. Transformant complètement les interactions entre les individus, les marques se les sont appropriés. Aujourd'hui, être présent sur les réseaux sociaux est devenu une nécessité. Et pour cause, les réseaux sociaux modifient l'acte d'achat.

Quels sont les réseaux sociaux les plus connus ?

Avant tout, un réseau social est un ensemble d'individus liés entre eux par des liens sociaux permettant des interactions. Voici la liste des réseaux sociaux les plus connus en France avec leurs éléments de différenciation :

  • Facebook  : Réseau social le plus utilisé au monde avec 1.5 milliards d'utilisateurs, Facebook  permet de partager tout type de contenus (photos, articles, textes, liens, vidéos...). Il convient aux marques B2C  et sert souvent de service après-ventes pour les pures players.
  • Twitter : Ciblant les 15 - 35 ans, le site de l'oiseau bleu permet de diffuser un message limité à 140 caractères pour délivrer les informations en temps réel.
  • Linkedin : Ce réseau professionnel recense les CV de ses utilisateurs.
  • Google + : Principal concurrent de Facebook, Google + offre à ses utilisateurs la possibilité de créer leur profil et de partager différents contenus.
  • Instagram : Application de partages de photos et de vidéos, son moteur de recherche fonctionne avec des hashtags (#).
  • Pinterest : Ce réseau permet de partager des photos pour ainsi rassembler ses idées et ses centres d'intérêt. Pinterest vient de franchir le cap des 100 millions d'utilisateurs mondiaux.
  • Youtube : Avec plus d'un milliard d'utilisateurs mondiaux, Youtube est le site référent en hébergement vidéos.
  • Snapchat : L'application diffuse des images et des vidéos à durée limitée pour cibler un public jeune.

Alors comment les réseaux sociaux modifient-ils l'acte d'achat sur Internet ?

LA PHASE ANTE ACHAT

 

  • Rechercher, Partager, Se décider

Pour les marques, il est important de comprendre comment les consommateurs perçoivent les réseaux sociaux pour améliorer leur stratégie de communication. D'après une étude réalisée par IBM-Ipsos Mori, 77% des internautes estiment qu'Internet est une étape importante avant l'achat en magasin. Effectivement, Internet a de multiples fonctions : il est à la fois un outil de recherche de produits, une source d'informations, un catalogue de promotions et un recueil d'avis clients.  C'est pour cela qu' 1 internaute sur 2 consulte les réseaux sociaux pour s'informer et se rassurer avant de décider d'acheter. Les exclusivités partagées sur les réseaux attirent les clients connectés qui pour plus de 50% d'entre eux s'abonnent aux marques pour bénéficier de bons de réductions ou d'échantillons de produits.

  • Séduire de nouveaux influenceurs

Avec l'apparition de ces réseaux, de nouveaux influenceurs sont également apparus. A chaque publication, des milliers d'abonnés suivent les recommandations de ces personnes devenues expertes sur une thématique. Ciblant un public jeune, qui s'identifient rapidement à leurs idoles et cherchent à se comporter comme elles, les marques ont trouvé comment les attirer. Le principe est simple : une marque envoie des échantillons gratuitement à un influenceur en lui demandant de parler d'elle dans sa prochaine publication. Et hop ! Les ventes augmentent.

Ils existent 3 types de nouveaux influenceurs :

  • Les Blogueurs : ils sont très actifs. Les blogueurs sont très nombreux et écrivent en lien avec des thématiques particulières.
  • Les Youtubeurs : Très nombreux, chaque chaîne est spécialisée sur un thème. Les vidéos de beauté et gaming sont les catégories qui fonctionnent le mieux ce qui est intéressant pour les marques de ces secteurs dont les produits sont souvent onéreux.
  • Instagrammers et Pinners : Les photos sont ici le moyen de partage pour ces influenceurs. Cette fois-ci le panel de sujets abordés est beaucoup plus grand.
EnjoyPhoenix
Capture d'écran Youtube - EnjoyPhoenix, chaîne de beauté française la plus suivie avec plus de 1 millions d'abonnés.
  • Une nouvelle vitrine de communication

Depuis l'émergence des réseaux sociaux, les marques ont su réinventer leur relation avec leurs clients. Leurs pages de profils leur permettent d'instaurer une proximité et d'informer à grande échelle. En effet, les réseaux sociaux sont des outils efficaces pour faire de la publicité à faible coût en touchant le plus grand nombre de personnes. C'est un moyen simple pour acquérir du trafic et également de créer une communauté. Grâce à l'organisation de jeux concours, les marques entretiennent des relations de type émotionnel dans le but de fidéliser.

Pour les marques de luxe, les réseaux sociaux ont permis d'instaurer un nouveau souffle et d'assurer une plus grande visibilité. Par exemple, sur Intagram, Louis Vuitton affiche 6.6 millions d'abonnés et Chanel 6.3 millions. Une bonne stratégie quand on sait que 93% des consommateurs sont plus engagés sur Instagram.

PENDANT L'ACHAT

  • Les réseaux sociaux, nouveaux sites de e-commerce

Pinterest ou encore Facebook ont récemment annoncés la possibilité d'acheter directement depuis leur site.

Pour Pinterest, cela prend la forme de "Buyable Pins", un bouton bleu "Buy It" qui est disponible uniquement aux Etats-Unis pour le moment. Après le clic, il suffit de choisir la couleur, la taille, l'adresse de livraison et de payer sans même quitter le site.

Facebook E-commerce

Facebook, quant à lui, va complètement modifier la présentation des ses pages. Comme expliqué dans son blog :

« Les nouvelles fonctionnalités des pages reflètent notre conviction que, que vous soyez un plombier, un fleuriste, un organisme caritatif ou une marque, votre page devrait contenir les informations que les gens recherchent, vous aider à communiquer avec vos clients et soutenir vos objectifs ».

De nouveaux boutons feront leur apparition comme : "Nous contacter", "Envoyer un message" et "Appeler maintenant" en plus du e-shop. Toutes les informations essentielles au client seront visibles immédiatement.  Pour Facebook, c'est une  évidence de faire de ses pages des mini-sites Internet parce que créer une page est gratuit et à la portée de tous.

Twitter et Instagram ne sont pas en reste avec des boutons en phase de tests.

LA PHASE POST ACHAT

 

  • Une nouvelle forme de service après-vente

Les consommateurs devenant de plus en plus exigeants, ils requièrent que les marques présentes sur les réseaux sociaux soient plus réactives. Une question postée sur Facebook ou Twitter doit obtenir une réponse dans la journée.

Les marques doivent particulièrement se méfier des publications visibles par tous qui peuvent rapidement devenir virales, surtout lorsqu'il s'agit de plaintes créant des bad buzz.

  • Influencer à acheter toujours plus ?

Avec les réseaux sociaux, les selfies se sont multipliés et avec une profusion de tenues toujours différentes, ringardisant le fait de s'habiller deux fois de la même façon. Les vendeurs de prêt-à-porter auraient observé une hausse des ventes lorsque les articles étaient présentés individuellement pour être associés avec plusieurs pièces. Selon Bertrand Duperrin, responsable du pôle transformation digitale à l'agence de communication Emanika : "Les consommateurs veulent vivre quelque chose après l'achat en se mettant en scène avec le produit, dans un look qu'ils ont eux-mêmes constitué. Les vêtements s'y prêtent particulièrement car ce sont des "produits très personnels, sujets de singularisation. Il y a une envie de partager, d'en parler, d'interpeller." Pour les marques, c'est un moyen de prolonger l'expérience produit. La stratégie de Primark est basée sur cela : aucun frais de communication car les clients s'en chargent.

TopShop-TwitterLors de la Fashion Week de Londres, l'enseigne Topshop s'est associée à Twitter pour identifier les tendances avec les tweets. Elle a associé ces tendances à des produits Topshop disponibles immédiatement faisant augmenter les ventes de 18% en une semaine. Les réseaux sociaux sont donc un moyen de récolter des données et de faire des études de marché.

Un nouveau défi

Les professionnels ont une opinion mitigée mais évaluent la difficulté du taux de conversion : d'une part pour Matthieu Aubusson, du cabinet de conseil PwC pense que "Pinterest, Snapchat, Facebook et Twitter sont avant tout des réseaux sociaux. Leur succès repose sur les interactions sociales, ils ne peuvent bouleverser complètement leur business-model pour entrer en collision avec les mastodontes du e-commerce. Ils pourront grignoter des parts de marché, oui, mais à une petite échelle." D'autre part, Greg Zemor, Directeur marketing de Neteven,  affirme que : "Convertir des visiteurs en acheteurs est un réel challenge. L'ajout des services marchands est un risque car les réseaux sociaux pourraient y perdre leur ADN. Il est possible que le succès des réseaux sociaux soit lié au fait qu'ils n'aient rien à vendre.

Pour les marques, elles ne doivent pas se perdre en voulant être présentes de partout, elles doivent communiquer un message unanime et rassurant et surtout être réactives. Les réseaux sociaux semblent être devenus une source sûre, d'évaluations, d'informations et de conseils.


Holographie

L'holographie et la mode

L'holographie, vous connaissez ? Un peu ? Pas du tout ? C'est vrai que c'est un nom bizarre... Si je vous parle d'hologramme, ce terme vous est peut être plus familier. Non, toujours pas ? Mais si ! Souvenez-vous dans Star Wars quand R2-D2 projette l'image de la princesse Leia : et bien, ceci est un hologramme.

StarWars

Et là vous vous demandez mais quel est le rapport avec le secteur de la mode ?

Rassurez-vous cet article vous explique tout et vous dévoile toutes les utilisations possibles de l'holographie dans la mode.

Qu'est-ce que c'est l'holographie ?

Avant tout, mettons nous d'accord sur les termes. Le mot holographie vient de la contraction de deux mots grecs "holos" (en entier) et "graphein" (écrire) que l'on peut interpréter par "tout représenter".  Inventé autour des années 1940 et amélioré avec l'invention du laser en 1960, l'holographie est une méthode de photographie en relief qui utilise les interférences produites par la superposition de deux faisceaux laser : l'un provenant directement de l'appareil producteur, l'autre diffracté par l'objet à photographier.  L'image 3D projetée est un hologramme.

Des Fashion Shows qui vous en mettent plein les yeux !

Les Fashion Shows, ces défilés qui se déroulent pendant les semaines de Fashion Weeks ont pour but de présenter les prochaines collections d'un créateur.  Le vrai objectif ? Gagner en notoriété et séduire le public présent pour ensuite apparaître dans les magazines. Cependant, la concurrence est rude. Alors, comment faire pour sortir du lot ? Pour cela, les designers imaginent de véritables spectacles transportant le public dans un autre univers avec  des décors, des jeux de lumières, de la musique...

Et pour se renouveler, la mode utilise aujourd'hui les nouvelles technologies dont l'holographie. Ici, l'holographie offre aux spectateurs une nouvelle expérience et provoque facilement le buzz. Alexander Mc Queen fut le premier à l'utiliser lors de la Fashion Week de Paris en 2006 où Kate Moss renaissait de ses cendres.

Par la suite, de nombreuses marques l'ont imité : Diesel, Burberry, Forever 21 et tout dernièrement Ralph Lauren qui offrait pendant la Fashion Week de New York (2014) une projection holographique en 4D :

Des publicités interactives

Après les défilés et les magazines, il faut attirer les clients en magasin pour qu'ils valident l'acte d'achat. Pour cela, les marques communiquent abondamment. Et les écrans deviennent le support le plus utilisé pour le faire : que ce soit à la télévision, sur Internet, sur vos smartphones, la publicité est partout et est interactive.

Les magasins physiques se mettent aussi en avant avec par exemple des vitrines holographiques. La société française COMactive est justement spécialisée dans la création de créations virtuelles.

Lors de la sortie de la Free 5.0, Nike a fait appel à JCDecaux Innovate et Kinect pour créer  une publicité holographique afin de valoriser la flexibilité de sa chaussure :

Le tissu aux effets holographiques

Holographic fashion.

.

Sans aller jusqu'à l'utilisation de la technologie, les créateurs peuvent utiliser du tissu aux effets holographiques. Son aspect brillant qui hypnotise apporte un avant-goût de la mode du futur. Des marques comme Chanel ou Burberry ont déjà mis en avant des pièces holographiques dans leurs défilés. Et pour ceux dont le porte-monnaie ne peut pas suivre, Asos propose aussi une large gamme de produits. De quoi apporter une touche d'originalité à toutes vos tenues !

.

.

Des hologrammes au quotidien ?

Au-delà de votre dressing, les hologrammes pourraient bien faire leur apparition dans votre quotidien. Le groupe Microsoft travaille sur HoloLens, un casque de réalité augmentée qui permet de simuler des hologrammes dans votre champ de vision :

Microsoft HoloLensUne incroyable façon de pouvoir contrôler tous ses écrans à distance mais on peut également l'imaginer comme un outil d'aide à la conception. En effet, ce casque permettrait de mieux visualiser un objet dans l'espace, d'améliorer son ergonomie,  de pouvoir faire des démonstrations...

Et pourquoi pas avoir un smartphone holographique ? La marque chinoise Estar a dévoilé il y a un peu plus d'un an son prototype :

Vous l'aurez compris l'holographie a pour but de rendre le monde virtuel plus vrai que nature. Le potentiel de cette technologie est, pour le moment, sous-exploité mais ne devrait cesser d'être amélioré et d'offrir de nouvelles fonctionnalités.

Pour le secteur de la mode qui est sans cesse à la recherche de nouvelles sources d'inspirations, de nouvelles innovations, cette technologie permet de se renouveler, de se différencier, d'apporter une nouvelle expérience aux consommateurs. Mais l'émergence de la FashionTech n'étant qu'à ses débuts, est-ce que l'holographie serait une technologique trop futuriste ? Ce qui est sûr, c'est que c'est un procédé coûteux, ce qui explique que seules les grandes maisons l'utilisent.