IntelTodd Harple est un bon exemple ce qu’est faire le lien entre le monde de la tech et celui créateurs. Beaucoup de gens cherchent aujourd’hui à se positionner en ce sens, mais peu en ont les compétences et la réelle compréhension. Diplômé en anthropologie, il est l’homme derrière de nombreux projets parmi les plus célèbres de la fashiontech. Passionné par sa mission au sein du géant Intel, entouré des meilleurs ingénieurs, il montre de nouvelles perspectives possibles de la mode. J’ai eu le plaisir de le rencontrer et d’échanger longuement avec lui sur les perspectives qu’offre la technologie dans le domaine des wearables. Retour sur cette conversation passionnante.

Julie Pont : Pouvez-vous me présenter ce que vous faites avec Intel dans la mode et m’expliquer comment cela a commencé ?

Todd Harple : Nous avons dû commencer il y a environ cinq ans dans notre groupe dédié aux nouvelles technologies, qui a été formé pour commencer à explorer des domaines qui ne font pas partie de la culture d’Intel. Intel est une entreprise qui a des compétences très solides en serveurs, en composants d’ordinateurs, en puces… Mais nous voulions regarder vers autre chose, penser : « Qu’est-ce que nous pourrions faire d’autre ? » J’étais en charge de montrer le chemin.

Le travail avec nos laboratoires a commencé avec l’exploration des wearables alors qu’ils n’en étaient encore qu’à leurs balbutiements. Nous avons pris contact avec les gens qui créaient la fashion tech à ce moment. J’ai commencé à rencontrer des personnes qui étaient alors des inconnus, comme Sabine Seymour ou Syuzi Pakhchyan, tous les gens qui étaient à l’avant-garde de la fashion tech. Par ailleurs j’ai commencé à travailler sur mes propres projets et à explorer deux aspects. D’un côté, je voulais changer la matérialité de l’ordinateur. Lorsqu’on pense à un ordinateur, un téléphone ou ce genre de choses, on pense à un appareil dur, pas à quelque chose que l’on porte sur son corps. Donc j’ai commencé à m’intéresser à la façon dont nous pourrions rendre ces objets souples, extensibles et lavables et j’ai découvert tout un écosystème de gens faisant partie de ce milieu, au Danemark, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Europe… Le plus intéressant dans tout ça, c’était que chacun dans son coin faisait des choses qui fonctionnait de manière autonome, mais personne ne faisait le lien, personne n’échangeait !

J.P : Et comment avez-vous créé ce lien ?

T.H : En partie grâce à mon réseau. J’ai commencé à demander autour de moi : « Tu ne connaîtrais pas quelqu’un qui fait telle ou telle chose ? » et une porte en a ouvert une autre, etc. L’autre aspect de mes recherches consistait à réduire la taille d’un ordinateur. Aujourd’hui, quand une chemise contient des capteurs, ou un pantalon par exemple, ils ont toujours un élément dur. Mon idée consistait à changer cet élément dur en un patch pour les vêtements. Ce serait la façon de changer la matérialité de ces appareils. Nous avons même créé un micro-ordinateur. Il était capable de faire les mêmes choses qu’un téléphone, en gros.

J.P : Et quel était le but ? Par rapport au projet Jacquard de Google, par exemple.

T.H : Intel est une société qui s’intéresse à la haute technologie informatique, donc évidemment, nous nous posons toujours la question de savoir comment nous pouvons aller plus loin. Nous avons commencé à chercher des applications. Au départ, le micro-ordinateur était un peu plus gros. Il devait faire environ la taille d’une carte d’identité, mais en réalité il était un peu plus gros que ça. Après, nous avons fait la deuxième version encore plus petite. Nous avons décidé d’ouvrir un concours de wearables pour demander aux gens ce qu’ils feraient avec cet ordinateur et nous avons reçu des projets très intéressants. Par exemple, une personne proposait de l’attacher à des gants pour enregistrer les gestes du travailleur.

J.P : J’ai rencontré à Paris des personnes travaillant sur un projet similaire au sein de l’école des Mines Paris Tech. Ils font des recherches concernant la préservation des savoir-faire immatériels, et notamment les gestes artisanaux. 

T.H : Oui, effectivement. Il y avait notamment une entreprise qui travaillait sur un projet de pilotage avec BMW et Mini. Et nous avons également travaillé sur un projet de gants en partenariat avec une entreprise néo-zélandaise. Ils créent des tissus intelligents, et les gants ont vraiment l’air de gants normaux. On a l’impression de porter des gants normaux à la différence qu’ils contiennent des capteurs tout le long des doigts. Cela nous a permis de faire jouer des musiciens sur des instruments virtuels.

J.P : Comme cette violoniste qui jouait sans violon ?

T.H : Exactement.

J.P : Il y avait un pianiste aussi, et une harpiste. C’était fabuleux.

T.H : Oui. Nous avons décidé de donner de la visibilité à ce projet. D’ailleurs, à l’origine, nous avons commencé à travailler dessus avec A. R. Rahman, l’artiste qui a composé la bande-son de Slumdog Millionaire. C’était génial de travailler avec lui, il était vraiment passionné. Nous avons continué à travailler sur le projet pour l’affiner, mais au bout d’un moment, nous avons dû ralentir un peu. Mais nous avons quand même fait des choses très intéressantes dans la mode. Dans un style haute couture et avant-garde, nous avons fait des projets avec Anouk Wipprecht. Vous connaissez la Spider Dress ?

J.P : Oui.

T.H : C’est l’un de nos projets. Tout comme la Synapse Dress. Nous avons fait ces deux gros projets avec elle, donc j’ai travaillé avec elle pendant un peu plus d’un an. À titre personnel, j’adore la robe Synapse. C’était un projet très difficile, parce qu’Anouk travaillait sur l’aspect mode et je travaillais avec des ingénieurs américains, tout en ayant une formation en anthropologie des cultures. J’ai des compétences en technologie, mais je ne suis pas ingénieur. C’était vraiment compliqué, parce que les gens de la fashion tech font souvent beaucoup de choses eux-mêmes, ils s’inventent leurs méthodes qui ne correspondent pas forcément à celles des ingénieurs.

Intel

 

J.P : C’est vrai, mais cela a dû être un avantage de vous avoir pour faire le lien entre les deux mondes. J’imagine que votre formation en anthropologie signifie aussi que vous êtes plus compréhensif ou plus créatif tout en ayant un langage compréhensible pour les ingénieurs.

T.H : C’est vrai. C’est ce que j’appelle l’empathie. J’arrivais à comprendre ce qu’Anouk avait en tête, et je pouvais comprendre les difficultés qu’avaient les ingénieurs à réaliser ses idées. En général, j’arrivais à trouver un terrain d’entente. Une bonne partie de cette robe a été fabriquée avant son arrivée aux États-Unis, et c’était assez drôle de lui montrer le résultat parce que nous ne faisons pas du tout les choses de la même façon qu’elle. Au-delà de ça,  le simple fait d’amener la robe aux États-Unis a été un casse-tête. Il a fallu la transporter à la main. Je suis allée la chercher dans le Colorado pour la ramener dans nos bureaux. C’était complètement dingue !

J.P : Cela devait aussi être excitant, j’imagine.

T.H : C’est sûr. Mais en tant que société spécialisée dans la technologie, nous avons dû répondre à des demandes auxquelles nous n’étions pas du tout préparés. La robe devait nous permettre de démontrer les compétences des ingénieurs d’Intel au cours d’une conférence très technique. En général, les conférences Intel sont vraiment centrées sur la technologie. Mais cette robe, c’est un vêtement. Donc il nous fallait une mannequin pour la porter, chose qu’Intel n’avait pas vraiment pris en compte, et il a fallu que je lutte pour expliquer pourquoi j’avais besoin de plus d’espace, etc. C’était vraiment intéressant, parce qu’en général, les ingénieurs d’Intel travaillent sur un ordinateur ou un nouveau drone, un appareil. Mais la mode implique des façons particulières d’interagir avec les gens.

J.P : Avec les gens, avec leur image et avec l’univers autour du produit. Ça n’a rien à voir.

T.H : Oui. Et tous les créateurs ne travaillent pas de la même façon. Anouk est très stricte, par exemple. Elle sait exactement ce qu’elle veut pour les cheveux, pour le maquillage… Nous avons eu une demande de la part d’un cadre qui voulait montrer la Spider Dress en Chine, et c’est moi qui ai dû faire la présentation. Anouk, elle, travaillait sur d’autres projets entre temps. Mais elle a insisté sur le fait qu’elle refusait de montrer la robe si ce n’était pas moi qui la présentais. Parce qu’elle sait que je sais exactement ce qu’elle veut et ce qu’elle fait pour les cheveux, le maquillage…

J.P : C’est très important de savoir qu’on peut compter sur quelqu’un pour que tout soit parfait. En tant que créative, et je ne laisserai jamais mes créations à des gens qui ne comprennent pas ce que je fais et ce que je pense. Pour en revenir à la fashion tech, pensez-vous qu’elle a la possibilité de rendre le monde meilleur en termes d’écologie, ou de lien entre les gens, par exemple ?

T.H : C’est une question intéressante, parce que je pense qu’il y a de nombreuses façons d’améliorer les choses. Vous connaissez Martine Jarlgaard ?

J.P : Oui.

T.H : J’adore son travail et j’adore la manière dont elle a montré qu’on pouvait utiliser la blockchain pour retracer les origines d’un produit. Par exemple, la provenance de la laine et même de l’animal qui l’a produit ainsi que toute la construction du vêtement. Ça me paraît digne d’intérêt. Mais je pense qu’il y a d’autres applications fabuleuses de la technologie. Par exemple, on parle beaucoup de 3D et de représentation des volumes, et je pense que c’est un domaine dans lequel la technologie peut vraiment aider les gens. Certains de ces scénarii ont en fait commencé ainsi, comme la Spider Dress. Nous avons scanné le mannequin, donc la robe a été faite spécialement pour elle. Mais cette technologie pourrait être intégrée en boutique pour permettre de se scanner. On pourrait même imaginer de le faire avec son téléphone ! C’est la première étape d’un projet que j’ai vraiment adoré. Notre département santé travaillait avec une société de technologie appelée UNYQ. Ils produisent des orthèses et des prothèses imprimées en 3D, comme une prothèse de jambe, par exemple.

Todd Harple IntelIntel

 

J.P : Où sont-ils basés ?

T.H : À San Francisco et en Islande. Ils sont venus me trouver avec le problème suivant. Ils m’ont dit : « Vous qui avez beaucoup travaillé dans la mode, avez-vous une idée pour un corset dorsal ? » Vous savez, ces corsets que l’on doit porter quand on a une scoliose. Ils sont en général en thermoplastique ou en mélange de plastiques.

J.P : C’est très rigide et ça gratte…

T.H : Et on les porte pendant très longtemps. Ils nous ont proposé des idées, et ils en ont imprimé un en 3D avec un nouveau design mais cherchaient quelque chose de différent. Le résultat était largement meilleur que l’original, ce corset que l’on connaît depuis 40 ans. Mais le concept de base restait le même. Je suis ensuite allé voir cette entreprise, UNYQ, ainsi que nos équipes en interne, et j’ai demandé : « Est-ce qu’il y a des règles, à respecter en particulier pour ce projet ? » Ils m’ont dit que non, qu’il n’y avait aucun problème et que j’avais carte blanche. Je me vois comme un catalyseur. J’aime beaucoup ce rôle. Un peu comme une alchimie. Il faut rassembler les bonnes personnes pour que tout fonctionne. Donc j’ai pris mon téléphone et j’ai appelé une personne qui est entre temps devenue un bon ami, Francis Bitonti. C’est celui qui a fait la Dita Dress, cette robe imprimée en 3D qui épouse les formes de Dita Von Teese. Mais en réalité, je l’ai appelé parce que c’est un véritable génie des matériaux, de l’intelligence artificielle et du design algorithmique. J’étais très enthousiaste, et je lui ai demandé s’il accepterait de travailler gratuitement avec moi sur un projet vraiment prometteur. Il m’a demandé de lui en dire plus. Je lui ai répondu : « Si je te donne un corset de scoliose, peux-tu appliquer l’un de tes algorithmes de génération de design pour éliminer tout ce qui n’est pas nécessaire pour maintenir les points essentiels, les points de force de ce corset ? » Il m’a répondu « Oui, je pense. » Au départ, le simple fait d’analyser le corset a pris une journée entière. L’ordinateur a bien mouliné, et finalement, nous avons pu éliminer les deux tiers de la matière. Et à la place d’un corset de torture, nous avons pu donner à ce corset l’aspect d’un maillot de bain asymétrique. C’était génial. D’ailleurs, un jour, nous l’avons présenté à la Maison Blanche lors d’un événement sur le handicap et Dezeen l’a repéré, puis Wired, et le musée du design Cooper Hewitt nous en a acheté un pour sa première collection. Nous l’avons même fait défiler, c’était vraiment formidable. Il y a une jeune femme qui essaie des produits pour UNYQ, donc elle nous servait de mannequin, et voir le sourire sur son visage quand elle a essayé le corset était simplement merveilleux. C’est une maladie qui affecte les jeunes filles et les adolescentes principalement. Elles ont huit fois plus de probabilités d’avoir une scoliose que les garçons. Imaginez, pour une adolescente, ce que cela représente de devoir mettre un corset tous les jours. Et elles doivent le porter 16 à 18 heures par jour. Celui-ci est tellement joli qu’il a défilé sur plusieurs podiums porté par des jeunes femmes qui avaient l’air tellement sûres d’elles et tellement heureuses. Cela met du baume au cœur. C’est à ça que la fashion tech devrait servir.

J.P : Je crois que c’est un bon exemple pour faire comprendre aux gens que la fashion tech, ce ne sont pas que des gadgets. Il faut donner à voir des projets utiles. Quand on pense à tout ce qu’il y a faire ne serait-ce que dans les hôpitaux. Les tissus sont rêches, rien n’est pensé pour être agréable. Je sais que dans certains services de pédiatrie, on réfléchit à reproduire la vie in utero pour apaiser les bébés prématurés.

T.H : Et on peut envisager de reproduire le son d’un battement de cœur…

J.P : Oui, exactement, et aussi cette couleur particulière que crée le sang de la maman en circulant dans les veines, cette lumière unique. On a ainsi pu démontrer que les bébés qui allaient dans ce type de cocons amélioraient leur état beaucoup plus rapidement que les autres.

T.H : C’est fascinant, n’est-ce pas ? Le fait de pouvoir imiter la biologie, parfois. J’aime aussi beaucoup la fashion tech parce qu’elle nous aide à nous connaître. Comme la robe Synapse, par exemple. Je l’ai présentée lors du CES de Las Vegas. Là-bas, les gens aiment faire des blagues, et la technologie est un univers très masculin. Cet événement rassemble des milliers d’hommes. Et j’entendais des commentaires pas très flatteurs à propos de mon mannequin, pas très classes, et je me sentais comme un papa ! Je leur faisais la chasse ! Mais ce qui était intéressant, c’est que cette robe comporte aussi un serre-tête. Et au fur et à mesure que le niveau d’attention du mannequin augmente, les lumières de la robe s’allument.

J.P : Cela me fait penser au projet “Caress of the Gaze” de Benhaz Farahi que j’ai pu voir à Paris. C’est une espèce de plastron  inspiré d’une anémone, cet animal marin qui se referme quand il se sent attaqué. Elle se hérisse lorsque l’on se sent agressé ou que le regard de notre interlocuteur (capté par une petite caméra) nous est hostile…

Intel

 

T.H : On m’a déjà demandé pourquoi je travaillais sur ces projets. Et la première chose à laquelle j’ai pensé, c’est : si quelqu’un a un enfant autiste, hyperactif ou avec des problèmes d’attention, ne serait-il pas intéressant de savoir dans quelles conditions il est capable de se concentrer ? Quelles sont ces facteurs ?  La lumière, l’environnement… ?

J.P : J’ai rencontré une designer à Eindhoven qui travaillait sur un projet de couleurs permettant de faire des diagnostics de douleur aux urgences. C’est en projet, ce n’est pas encore tout à fait fini, mais le projet consiste à établir rapidement et au moyen d’une sorte de chapeau collerette, un électro-encéphalogramme pour déterminer si les personnes inconscientes souffrent ou non. Grâce à un capteur, on peut mesurer l’activité électrique, donc on regarde la couleur : si c’est rouge, il faut donner un sédatif à la personne. Cela fonctionne aussi avec les enfants, parce que c’est difficile de savoir si un bébé qui ne parle pas encore souffre ou non. Si la couleur devient rouge, on sait qu’ils souffrent !

T.H : Nous avons travaillé avec une entreprise sur une petite combinaison pour bébé fonctionnant avec notre appareil Edison, qui permet de contrôler si le cœur du bébé bat normalement. Et elle est connectée en Wi-Fi, donc on peut même contrôler à distance.

J.P : Pour éviter la mort subite du nourrisson, par exemple ?

T.H : Oui, exactement. Et maintenant, on peut même faire ce genre de choses avec une chaussette. Il y a des chaussettes qui arrivent à mesurer ces variables. C’est tellement intéressant. Il y a tellement de choses inspirées de la biologie. Comme la première robe que nous avons faite avec Becca McCharen et sa marque Chromat, l’Adrenaline Dress. Vous savez ce qu’est l’adrénaline ?

J.P : Oui, c’est une hormone que le corps sécrète quand on a peur ou qu’on est excité ou qu’on sent un danger…

T.H : C’est ça. Le corps produit une drogue, l’épinéphrine, et c’est elle qui nous permet de réagir. Nous avons travaillé sur des moyens de mesurer le niveau d’épinéphrine sans analyse de sang. Le corps réagit : la respiration change, la température change, et ce sont des données que nous pouvons mesurer directement. Donc nous avons décidé de faire de cette robe l’extension de celle qui la porte. Quand la personne est excitée ou ressent de l’adrénaline, cela active la forme de sablier au dos de la robe qui augmente sa taille de 30 %. Comme un chat hérissé, par exemple. C’est l’idée que nous avons eu, et nous voulions qu’il y ait aussi du mouvement. En fait, il y a environ 360 petites articulations qui bougent grâce à une pièce à mémoire de forme, composée de deux parties métalliques qui réagissent différemment lorsqu’elles sont exposées à un courant électrique. La robe grossit silencieusement, comme un animal.

J.P : Donc si une femme seule se fait agresser dans la rue le soir…

T.H : C’est ça. Mais cette technologie pourrait même être intégrée à un soutien-gorge, par exemple. Le soutien-gorge touche directement le cœur, il en est très proche, et on pourrait imaginer un geste qui permette d’appeler une amie, ou sa mère… Et c’est le genre de choses que peut faire la fashion tech. Comme cet entrepreneur, Jerry Wilmink, il a une entreprise qui s’appelle Wisewear et qui a produit un bracelet qui appelle à l’aide si l’on tape dessus suivant un certain dessin. Et le bracelet est joli. C’est bien pensé.

J.P : Très intéressant. Voulez-vous dire un dernier mot pour conclure ? Quel est le projet le plus intéressant que vous avez vu ces dernières semaines, en tant que chercheur ?

T.H : Eh bien, il n’y a pas grand-chose qui me surprend, parce que j’ai déjà vu beaucoup de choses similaires.  Mais s’il y a bien un projet qui a réussi à m’étonner et que j’ai trouvé extrêmement intéressant, c’est celui du mannequin robotique d’Euveka. J’ai rencontré Audrey-Laure le premier soir de Remode et je suis resté bouche bée. J’étais fasciné. Il y a beaucoup de logiciels de patronage en 3D, mais ça ne remplace jamais le réel, et ça ne permet pas vraiment de le représenter non plus. Mais elle, elle est capable de montrer comment faire un patron en bien plus de trois dimensions en se basant sur un scan 3D. On peut imaginer un tailleur qui garderait les codes informatiques de ses clients à l’avenir.

J.P : En fait, c’est comme ça qu’on faisait pendant longtemps. Les maisons de haute couture avaient les mesures de leurs clients. C’est la même idée, en plus efficace.

T.H : Cela permet de traduire le numérique en représentation physique d’une excellente manière. Et cette notion est la clé de la fashion tech. Comment traduire ou lier le physique au numérique ? Je veux dire, même si une matière a le même aspect physique en numérique, on ne peut pas la toucher. On ne peut pas la sentir. Même si des personnes travaillent à rendre possible l’appréhension de certaines matières sur un surface en 2D, comme les chercheurs anglais de Chewbullet. Et les créateurs aiment toucher, aiment sentir.

J.P : Oui. C’est la première chose que je fais quand je trouve un nouveau tissu. Je le touche, je le plisse… Ce serait très difficile pour moi de choisir un tissu pour une collection à partir d’une projection 2D.

T.H : Exactement. Est-ce que vous achèteriez sans toucher ?

J.P : Peut-être, mais pas pour mes propres créations. Pour mes créations, j’ai besoin de toucher. Je peux faire une présélection des tissus, mais pour me décider, j’ai besoin de toucher. Parce qu’il y a un aspect corporel qui est très important dans la création de vêtements. Parfois, les créateurs fashion tech oublient un peu cet aspect, mais c’est quelque chose de très intime. Et quand on crée des vêtements, il faut penser comment les gens vont se sentir dedans, donc il faut connaître les propriétés du tissu, savoir s’il est suffisamment doux, souple, rigide…

T.H : J’ai remarqué que les créations d’Anouk sont en général très rigides, imprimées en 3D, et dans certaines circonstances, la mannequin ne pouvait pas s’asseoir. Elle devait s’asseoir sur un tabouret en hauteur, parce que la robe ne comporte pas de pantalon. Par contre, l’Adrenaline Dress est un peu rigide, mais elle est prometteuse. Elle est entièrement imprimée en 3D sur des imprimantes basiques, mais elle a l’aspect d’une vraie robe de cocktail. J’adore voir ces différentes matéralités. Nous imitons le tissu. Plus nous scannerons en 3D, prendrons des tailles, etc. Je m’intéresse beaucoup à la façon dont tout ça fonctionne, mais je pense que l’avenir est plutôt dans toutes ces technologies basées sur les données comme des caméras qui n’auraient même pas besoin de scanner votre corps, qui vous reconnaissent non pas à votre visage mais à votre façon de marcher. Et comment peut-on s’en protéger ? Je pense que notre problème, à l’avenir, ne sera pas de savoir faire les choses. Ce sera plutôt de déterminer ce que l’on compte en faire, et tous les questionnements qui en découlent ainsi que les implications sociales, éthiques et politiques. Je pense que ce sera bien plus difficile que la technologie.

 

traduction : Clémentine Martin